Maison Franco-japonaise: 日仏会館 Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (UMIFRE 19 MEAE-CNRS)

Langue:JA / FR


Agenda

février 2020

Nakae Chômin et le républicanisme français

[ Conférence ]

en français avec traduction
samedi 01 février 2020 / 15 h - 17 h 30
Salle 601
Eddy Dufourmont (univ. Bordeaux Montaigne)

9791030002768-475x500-1.jpg

Repenser Nakae Chômin comme acteur de la circulation internationale des idées en Asie : la place méconnue du républicanisme français dans sa stratégie intellectuelle et l'élaboration d'un socialisme libéral.

Nakae Chômin 中江兆民 (1847-1901) est l'un des intellectuels de l'ère Meiji les plus connus et étudiés, car le « Rousseau de l'Orient » contribua fortement à la naissance de la démocratie en Asie, par son audience au Japon, en Chine et ailleurs. Mais les recherches précédentes ont largement négligé un aspect qui permet d'inscrire Chômin dans une histoire connectée : le rôle de ses sources françaises. Ida Shin.ya 井田進也 et Miyamura Haruo 宮村治雄 avaient montré la voie en révélant l'existence de la revue Ôbei seiri sôdan 欧米政理叢談, pour le premier, et l'utilisation de textes francophones dans l'écriture de Rigaku kôgen 理学鉤玄 (La Quête philosophique), pour le second. Un examen approfondi des traductions montre que celles-ci répondent à un même objectif : faire connaître les républicains français. Cet objectif dépasse largement celui de traduire Rousseau, auquel on a réduit Chômin.
Les républicains français en question sont les personnes suivantes : Emile Acollas, Jules Barni, Alfred Fouillée, Eugène Véron, Jules Simon, Charles Renouvier, Alfred Naquet et Etienne Vacherot. Toutes ont joué un rôle majeur dans l'établissement de la IIIe République, et, outre leur engagement politique en faveur de la république et de la laïcité, ces huit hommes ont un point commun qui suggère la cohérence profonde du projet de Chômin : un socialisme libéral dans lequel Rousseau occupe une place importante, mais au prix de critiques. Il semble que Chômin ait voulu penser un socialisme libéral à la japonaise, dans lequel s'inscrit Rousseau. Le républicanisme français oblige ainsi à repenser dans sa globalité la trajectoire intellectuelle de Chômin et éclaire la pertinence du modèle du transfert culturel pour comprendre la diffusion des idées démocratiques en Asie. La conférence se penchera moins sur la question de la traduction elle-même que sur ces républicains aujourd'hui redécouverts en France.


Eddy Dufourmont 2.jpg

Eddy Dufourmont est maître de conférence HDR à l'université Bordeaux Montaigne. Il a publié en 2018, aux Presses universitaires de Bordeaux, Rousseau au Japon : Nakae Chômin et le républicanisme français (1874-1890) ; ainsi que plusieurs traductions d'œuvres de Nakae Chômin : Min.yaku yakkai 民訳訳解 (Ecrits sur Rousseau et les droits du peuple, Les Belles Lettres, 2018), Ichinen yûhan 一年有半 (Un an et demi, Les Belles Lettres, 2011) et Sansuijin keirin mondô 三粋人経綸問答 (Dialogues politiques entre trois ivrognes, CNRS Editions, 2008).


Conférencier : Eddy Dufourmont (univ. Bordeaux Montaigne)
Modératreur : Bernard THOMANN (IFRJ-MFJ)

Organisation : GEFCO (Groupe d’études sur la France contemporaine)
Co-organisation : IFRJ-MFJ

* À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

L'histoire de l'offense au chef de l'État : leçons sur l'histoire politique et constitutionnelle française

[ Conférence ]

en français avec traduction
jeudi 06 février 2020 / 18 h 30 - 20 h 30
Salle 601
Olivier BEAUD (univ. Paris 2 Panthéon-Assas)

Couverture République injuriée.jpg

La République injuriée entend reconstituer pour la première fois et de façon systématique, l’histoire du délit d’offense au chef de l’État de la IIIe République jusqu’à la Ve. Il propose au lecteur une triple histoire : une histoire politique et constitutionnelle – l’histoire de la Présidence de la République de Mac-Mahon à nos jours –, une histoire des libertés publiques – illustrée par ce conflit récurrent entre l’obligation de respecter le chef de l’État et la liberté d’expression des écrivains et journalistes – et enfin une histoire de la justice qui révèle le lien de dépendance entre la magistrature et le pouvoir politique en France.

IDENTI~2.JPG

Olivier Beaud est professeur de droit public à l’université Panthéon-Assas et directeur-adjoint de l’Institut Michel Villey. Lauréat du prix de la fondation Alexander von Humboldt (2014), il est ancien membre (junior et senior) de l’Institut universitaire de France. Il codirige la revue Jus politicum et a notamment publié aux Puf La Puissance de l’État (1994) et Théorie de la Fédération (2009).




Conférencier : Olivier BEAUD (univ. Panthéon-Assas)
Modérateur : Bernard THOMANN (IFRJ-MFJ)

Organisation : IFRJ-MFJ

* À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

Comprendre les banlieues au Japon, y a-t-il une comparaison possible avec la France ?

[ Conférence ]

en français avec traduction
lundi 10 février 2020 / 18 h 30 - 20 h 30
Salle 601
Cécile ASANUMA-BRICE (CNRS)

SBJ_frontcover.jpeg



*Les inscriptions sont closes.



 

Un siècle de banlieue japonaise apporte une réflexion inédite sur les processus d'urbanisation de l'une des sociétés de consommation les plus avancées de la planète, et d'une façon plus générale, de l'impact de ce dernier sur le fonctionnement social dans un pays dont la population doit, de surcroît, souvent faire face à des désastres naturels. Afin de mener une réflexion en profondeur sur ces espaces, il présente une histoire complète de l'habitat urbain japonais, du XIXe siècle à nos jours, dans un pays où le capitalisme est à un stade avancé et où l'exposition aux désastres naturels est un facteur clé de la gestion de la population.

L'ouvrage montre les étapes du phénomène de banlieusardisation à travers les principaux acteurs de l'urbanisation. Une description de l'occupation des différents logements et du fonctionnement social des quartiers permet en outre de comprendre l'évolution de la vie des banlieues. Comme le montre ce livre, ce phénomène de banlieusardisation se poursuit actuellement. Répondant à des logiques économiques strictes, les nouvelles formes de logements sont rapidement reprises par le secteur privé de la construction, qui les répandra sur l'ensemble du territoire.

A mi-chemin entre la protection sociale et l'assujettissement économique, les cités de logements publics et de logements privés construits sur le modèle de surdensité motivé par le paradygme de la ville rétrécie (shrinking city) sont aujourd'hui, dans l'ensemble des sociétés postindustrielles, les lieux des drames sociaux les plus divers.

Photo CRJ.png

Cécile Asanuma-Brice est chercheuse en sociologie et géographie urbaine, et spécialiste du Japon. Depuis janvier 2020, elle est co-directrice du MITATE Lab. (CNRS, CEA, Nihon U.), projet de recherche international pluridisciplinaire axé sur les problématiques relatives à la situation post-Fukushima. Après un DESS en urbanisme (1996), elle obtient en 2012 le titre de docteur de l’EHESS en études urbaines. De 2001 à 2005, elle a obtenu un financement du Ministère de la recherche Japonais (MEXT) pour conduire ses recherches à la faculté d’ingénierie de l’université de Chiba. Résidente permanente au Japon depuis une vingtaine d'années, bilingue franco-japonais, ses recherches sont axées sur la nature de la production urbaine dans la société de sur-consommation japonaise. Son approche pluri-disciplinaire a permis la mise en évidence des logiques sous-jacentes à la production urbaine dans les pays « capitalisés » et de leurs conséquences sociétales via l’analyse de l’évolution de la ville japonaise.
Elle est l’auteur de nombreux articles, notamment relatifs au post-Fukushima et de l’ouvrage Un siècle de banlieue japonaise : Au paroxysme de la société de consommation, éd° Métispresses.

Conférencière : Cécile ASANUMA-BRICE (CNRS)
Modératrice : Adrienne SALA (IFRJ-MFJ)

Organisation : IFRJ-MFJ

* À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

Séminaire doctoral


en français sans traduction
mardi 18 février 2020 / 18 h - 20 h
Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise
UMIFRE 19, MEAE-CNRS
Séminaire doctoral


DSC03774.JPG

La prochaine séance du séminaire doctoral aura lieu le mardi 18 février 2020 de 18 h à 20 h en salle 601 de la Maison franco-japonaise.

Nous aurons le plaisir d'écouter les interventions de :

Fiona KARCZ, doctorante en Études hispaniques à Sorbonne Université (au CLEA - Civilisations et littératures d’Espagne et d’Amériques du Moyen-Âge aux Lumières) et doctorante associée à l’Institut d’Asie Orientale de l'ENS Lyon.

« Théologie de la conversion et stratégie(s) d’implantation des missionnaires ibériques dans le Japon moderne (1549-années 1640) »

Lorsque les missionnaires ibériques tentent d’évangéliser l’archipel nippon à partir de la seconde moitié du XVIe siècle, ils élaborent une offre religieuse chrétienne, censée supplanter les croyances japonaises, fondées sur un syncrétisme entre bouddhisme, animisme et confucianisme. Toutefois, les ordres mendiants — franciscains, dominicains et augustins — n’adoptent pas les mêmes stratégies d’évangélisation que les jésuites arrivés plus tôt dans l’archipel ; c’est pourquoi, au-delà de l’offre religieuse, il est indispensable d’étudier ces différentes stratégies en ce qu’elles révèlent des objectifs de ces ordres.
   En tant que philologue de formation, mon intérêt pour ces contacts religieux réside également dans les textes qu’ils ont produits. En effet, les dialogues et disputes entre chrétiens et bonzes, à l’oral comme à l’écrit, me permettront de constituer un corpus — textes de doctrine chrétienne/textes anti-chrétiens — qui mettra en lumière ce qui se joue dans la confrontation entre missionnaires ibériques et bonzes japonais, en termes d’idées et de représentations, au-delà des facteurs contextuels.
   Lors de cette présentation, je souhaiterais exposer mes problématiques de recherche, l’état de l’art et les objectifs que j’ai fixés pour cette première année de thèse.


Et de :

Ivanka GUILLAUME, étudiante-chercheuse en disability studies et social welfare, université métropolitaine de Tokyo.

« L’action des femmes handicapées dans le cadre des mouvements de personnes handicapées japonais à partir des années 1970 »

De l’influence du mouvement social nord-américain pour la reconnaissance des droits des personnes handicapées des années 1960 qui promeut une vision du handicap comme question politique et sociale, au Japon émerge des mouvements militants pour la reconnaissance des droits de personnes handicapées à la fin de la décennie. Ceux-ci se catalysent autour de la volonté d’agir pour l’abattement des barrières tant objectives que subjectives qui entravent les individus dans leur pleine participation à la vie en société. L’Histoire retient tout particulièrement l’action de l’association Aoi shiba no kai (association de l’herbe bleue) portée par Yokozuka Kōichi, Yokota Hiroshi, ou encore Nitta Isao, dont découle le mouvement pour la Vie autonome (jiritsu seikatsu undō) japonais.
   Au cours de nos recherches, nous avons relevé que la variable du genre ayant été peu étudiée dans les études sur les mouvements de personnes handicapées, nous méconnaissons encore un certain nombre d’aspects de ceux-ci. Que peut-on extraire en savoir à partir de l’expérience spécifique des femmes handicapées actives au sein de ces groupes militants ?
   Au Japon, de nombreuses femmes handicapées ont publié des ouvrages autobiographiques, offrant ainsi un aperçu de la société dans laquelle elles ont évoluées et les combats qu’elles y ont menés. Nous tâcherons ici de rendre compte de leurs actions et leurs revendications dans le cadre global du mouvement de personnes handicapées japonais.


En espérant vous voir nombreux.

* À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

Jean Giraudoux : un humaniste dans l’étau de l’entre-deux-guerres

[ Conférence ]

en français avec traduction
mercredi 26 février 2020 / 18 h 30 - 20 h 30
Salle 601
André JOB (univ. Clermont-Auvergne)

VERSION FINALE affiche MFJ2.jpg

Sans doute parce que la République a sombré piteusement en 1940, les Français ne chérissent pas particulièrement l’entre-deux-guerres, et ils ont appris à se méfier de l’humanisme, de ses illusions généreuses (Jules Romains) et de ses engagements pacifistes (Romain Rolland, Jean Giono). Le cas de Giraudoux, auteur dramatique célèbre et diplomate hanté par la Grande Guerre, est plus emblématique : il fut Commissaire Général à l’Information dans un des derniers gouvernements de la République, et sa mémoire souffre d’un certain nombre de soupçons. Nous verrons que Giraudoux n’a pas trahi ses idéaux républicains, mais qu’il les a placés en tension entre la menace d’un effondrement et la nécessité d’un ressaisissement. Son humanisme féministe et écologique reste adossé à l’universalisme des Lumières.


photo.png

André Job est professeur honoraire de chaire supérieure, docteur d’État de l’université de Tours. Il a dirigé le Dictionnaire Jean Giraudoux (Honoré Champion, 2018). Son dernier essai, Giraudoux. L’humanisme républicain à l’épreuve, vient de paraître chez Michalon (2019).




Conférencier : André JOB (univ. Clermont-Auvergne)
Modérateur : Vincent BRANCOURT (univ. Keiô)

Organisation : Groupe de recherche « Étude sur la censure dans les périodiques du Sud de la France sous l’Occupation allemande » (JSPS KAKENHI Grant Number 19H01245)
Co-organisation : IFRJ-MFJ

* À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

Atelier de lecture à la Bibliothèque de la Maison franco-japonaise
Autour de la bande dessinée francophone (hors programme)


en japonais sans traduction
vendredi 28 février 2020 / 18 h 30 - 20 h
Bibliothèque de la Maison franco-japonaise

En avril dernier, nous lancions une série d'ateliers mensuels de lecture et de traduction de bandes dessinées francophones. Pour cette séance de février, à la place des exercices habituels, nous vous proposons de participer à une discussion sur la bande dessinée francophone et sa traduction, comme nous l’avons fait en août dernier. M. Masato Hara, traducteur, animera l'atelier et répondra à vos questions. Il parlera aussi du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême qui s’est déroulé du 30 janvier au 2 février 2020. N'hésitez pas à vous joindre à nous en vous inscrivant à la bibliothèque.

IMG_1753.jpg

Date : vendredi 28 février 2020 de 18 h 30 à 20 h
Lieu : Bibliothèque de la Maison franco-japonaise
Gratuit et ouvert à tous

Participation sur inscription, nombre de places limité à 20.
Merci de vous inscrire par mail en précisant l'heure de participation souhaitée, votre nom, numéro de téléphone et adresse mail, ainsi que votre affiliation (si vous en avez).
Inscription et renseignements : Bibliothèque de la Maison franco-japonaise
Tel : 03-5421-7643 Fax : 03-5421-7653
Mail : biblio@mfj.gr.jp
Ouverture : du mardi au samedi, de 13 h à 18 h

Nous espérons pouvoir vous proposer un rendez-vous une fois par mois.

* À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

Lunch Seminar on Japanese Economy and Society

Global Value Chains and Domestic Innovation *Postponed

[ Séminaire ]

en anglais sans traduction
vendredi 28 février 2020 / 12:30 – 14:00
Salle 601
ITO Keiko (Faculty of Commerce, Chuo University)

*Postponed : this seminar is postponed after April 2020 in order to prevent the spread of the coronavirus (COVID-19). Thank you for your understanding.



  Abstract

This paper explores how changes in both position and participation in Global Value Chain networks affect firm innovation. The analysis combines matched patent-firm data for Japan with measures of GVC network centrality and GVC participation utilizing the OECD Inter-Country Input-Output Tables for the period 1995 to 2011. We find that Japan’s position in the GVCs has shifted from being at the core of Asian value chains towards the periphery relative to other countries in the network, i.e. becoming less “central”. We use China’s WTO accession as an instrumental variable for changes in Japanese centrality. Our analysis shows that increases in forward centrality – as a key supplier – tend to be positively associated with increasing firm patent applications. Firms in key hubs within GVCs, specifically as key suppliers, appear to benefit from knowledge spillovers from various customers and downstream markets.

Study co-authored with Kenta IKEUCHI (Research Institute of Economy, Trade and Industry), Chiara CRISCUOLO (Organisation for Economic Co-operation and Development), Jonathan TIMMIS (IFC – World Bank Group), Antonin BERGEAUD (Banque de France).



IMG_ito.jpg

Speaker: Keiko ITO (Chuo University)

Keiko Ito (Dr.) is a professor at the Faculty of Commerce, Chuo University, Japan. She received her Ph.D. in Economics from Hitotsubashi University in 2002. She taught at Senshu University (2004-2018), and was staff on loan at the OECD (2016-2017) and a visiting fellow at Columbia University (2007-2008). Her research interests are on the empirical analysis on international trade and foreign direct investment, and industry and firm-level productivity analysis, mainly using firm- or plant-level data. She authored a number of academic articles on these research areas.

Moderator: Jean-Pascal BASSINO (French Research Institute on Japan - MFJ)
Organization: FRIJ-MFJ
Co-organization: CCI France Japon
Support: French Embassy in Japan

* À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

« précédent suite »

Agenda du Bureau Français > février 2020