Maison Franco-japonaise: 日仏会館 Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (UMIFRE 19 MEAE-CNRS)

Langue:JA / FR


Agenda

mai 2019

Documentaire : La grande muraille du Japon

[ Projection et débat ]

en français sans traduction
mercredi 08 mai 2019 / 18h30 - 20h30
auditorium
Mathieu CAPEL (IFRJ-MFJ),

Marie LINTON (réalisatrice, sous réserve),

Rémi SCOCCIMARRO (IFRJ-MFJ)

20190508Grandemuraille.JPG

@Rémi Scoccimarro



*La grande muraille du Japon, écrit et réalisé par Marie Linton. Une coproduction KAMI Productions et Ushuaia TV, avec le soutien du CNC et de la Procirep/Angoa.


En français sans sous-titrage

Après la catastrophe de mars 2011, les autorités japonaises ont décidé la construction d'un gigantesque mur anti-tsunami de 15 mètres de haut et de 500 kilomètres de long. Les conséquences humaines et écologiques sont nombreuses et les habitants sont déchirés : se couper de la mer ou rester fragiles face à la grande vague. Une autre voie est-elle possible ? Quel est l'impact environnemental et humain de cette muraille qui sépare la terre de l'océan ?


Organisation : IFRJ-MFJ


* À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

Séminaire doctoral


en français sans traduction
mardi 14 mai 2019 / 18h - 20h
salle 601
Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise
UMIFRE 19, MEAE-CNRS
Séminaire doctoral


seminaire doctoral.jpg

Nous aurons le plaisir d'écouter l’intervention de :

Adeline WINTZER, doctorante en sciences politiques à l'Université Hitotsubashi sous la direction de Tanaka Takuji, et à Sciences Po (CEVIPOF) sous la direction de Martial Foucault.
« Les réformes des systèmes de retraite en France et au Japon : discours, rôle des acteurs et dynamiques institutionnelles »

   Les systèmes de retraites mobilisent une quantité importante de liquidités, et réunissent un nombre important d’assurés; : par exemple en France, 15 millions de personnes perçoivent une retraite. Évoquer le fonctionnement des retraites, c'est souvent se confronter à un débat technique aux termes potentiellement déroutants. Au Japon comme en France, les dernières décennies ont été ponctuées de diverses réformes du système de retraite. Comment comprendre les logiques qui sous-tendent les réformes de ces institutions particulièrement importantes sur le plan économique et social ?
   En France, on peut citer la réforme Balladur de 1993, le plan Juppé de 1995, la réforme Fillon de 2003, la réforme Woerth de 2010 et la réforme Ayrault de 2013. Les réformes des trente dernières années tendent à allonger la durée de cotisation nécessaire pour le versement d'une retraite à taux plein, et tendent à augmenter l'âge légal de départ à la retraite. Dans le cas japonais, des réformes des systèmes de retraite nippons ont été réalisées en 1994, 2004, 2009 et 2012. Ces réformes modifient l'âge de départ à la retraite, mais également des aspects du mode de financement du système. Une indexation macro-économique des pensions a également été mise en place pour fixer le montant des contributions et des retraites perçues. Autrement dit, les assurés n’ont plus «; droit; » de manière absolue à un montant de retraite en fonction du nombre de cotisations versées et du salaire qu’ils touchaient précédemment; ; l’administration peut moduler le montant des retraites versées en fonction de la situation économique nationale. Comment interpréter ces réformes successives; ?
   Notre méthodologie repose sur l'analyse du discours et l'analyse socio-historique des politiques publiques. Notre hypothèse est que les diagnostics sur l'état des systèmes de retraite résultent moins d'une réponse rationnelle et neutre aux changements de l'environnement économique et social que de l'interprétation que les acteurs sociaux font de ces changements.
   De ce fait, les discours sur les retraites présentent un certain nombre de spécificités potentiellement intéressantes à analyser. Quels sont les termes utilisés pour décrire les systèmes de protection sociale des retraités; ? Quels sont les locutions utilisées par les acteurs pour désigner les changements institutionnels proposés; ? Plusieurs expressions ont ainsi retenu notre attention; : le concept de «; vieillissement actif; », les «; systèmes multi-piliers; », la notion de «; réforme paramétrique; », «; la crise de l'État-Providence; », le «; papy-boom; », les modèles de protection sociale dits «; bismarckiens; » ou «; beveridgiens; », etc. Quelles représentations explicites ou implicites ces expressions font-elles circuler au sein de l'espace public; ? Dans quelles mesures ces locutions peuvent-elles comporter une dimension performative; ?
   Dans un second temps, nous souhaitons interroger les logiques institutionnelles à l’œuvre dans ces différentes réformes, au niveau des partenaires sociaux, des acteurs gouvernementaux, etc. Enfin, nous proposerons quelques pistes d'analyse de la réforme des retraites actuellement en préparation en France.

* À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

Renouer avec les promesses initiales du web à travers la régulation des GAFAM ?


avec traduction simultanée
mercredi 15 mai 2019 / 18h30 - 20h30
auditorium
Keira NISHIYAMA (METI), Sébastien SORIANO (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes), Tatsuhiko YAMAMOTO (univ. Keiô, KGRI), Antonio CASILLI (Télécom Paris Tech et chercheur associé à l’EHESS)

gafam_brochure.jpg

Cliquer sur l'image pour plus d'information.



L’enthousiasme associé au rôle de l’Internet à ses débuts, notamment l’espoir d’un renforcement des sociétés civiles grâce au développement des civic tech, est de plus en plus contrebalancé par des inquiétudes. Alors que l’influence des géants de l’Internet ne cesse de grandir, des craintes ont en effet été émises sur les risques d’une situation de marché oligopolistique ainsi que sur l’utilisation qui peut être faite des données personnelles. Plusieurs pays, dont la France et le Japon, réfléchissent aujourd’hui à des modes de régulation des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft…).
Ce débat d’idées franco-japonais, auquel participeront des panélistes de haut niveau, sera l’occasion d’aborder les questions liées à la régulation des géants de l’Internet, tant dans le domaine économique que de celui de la protection des données personnelles, un sujet d’actualité autant en France qu’au Japon.

Panélistes :
Keira NISHIYAMA, directeur général du bureau de la politique commerciale et des informations, du ministère de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie
Sébastien SORIANO, président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP)
Tatsuhiko YAMAMOTO, professeur de droit à l’université Keiô, vice-président de KGRI
Antonio CASILLI, sociologue, enseignant-chercheur à Télécom Paris Tech et chercheur associé à l’EHESS

Modératrice : Keiko HAMADA, rédactrice en chef de Business Insider Japan

Ouverture : Jean-Baptiste Lesecq, ministre conseiller de l’ambassade de France au Japon

Organisateur : Ambassade de France / Institut français du Japon
Collaboration : Fondation Maison franco-japonaise, Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise
Parrainage : Ministère japonais de l’Economie, du Commerce et de l’Industrie

Entrée libre (dans la limite des places disponibles), sur inscription : https://www.institutfrancais.jp/tokyo/fr/agenda/gafam/
Renseignements : dg.debat.contact@institutfrancais.jp

* À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

Images et pouvoirs, ou le tissu des médias
Perspectives France-Japon


avec traduction simultanée
vendredi 17 mai 2019 / 17 h 30 – 20 h 30
auditorium
Marie LINTON (cinéaste), MURAKAMI Ryôta (journaliste, cinéaste), OGUMA Eiji (univ. Keiô), TOMITA Katsuya (cinéaste)


2019051718Images.jpg
Cliquer sur l'image pour plus d'information.



Il n’est sans doute pas de semaine où ne se pose la question des médias, quelles que soient leurs formes : cinéma, télévision, internet, presse, musique, smartphones – ou plus simplement aujourd’hui, écrans, tactiles ou de diffusion. Chaque semaine ces médias et écrans interrogent nos façons d’appréhender le monde, d’habiter l’espace, de nous situer dans l’histoire, de bâtir des cultures. Les GAFAM, comme on les nomme désormais, (Google Apple Facebook Amazon Microsoft, mais ils ne sont pas les seuls), semblent être les opérateurs incontournables de nos vies, comme de la manière dont nous faisons société. Inversement, cette nouvelle domination n’a cessé, à mesure qu’elle s’installait, de nourrir les réflexions, dans une effervescence manifeste, tant aux États-Unis qu’en Europe et au Japon. Ces réflexions ont épousé les contours de théories diverses : artistiques, économiques, esthétiques, philosophiques, architecturales, sociologiques. Parmi ses avatars, le postmodernisme et le poststructuralisme, mais aussi les théories néolibérales, ont annoncé l’avènement d’un monde en réseau, tissé d’images et de signes, d’un monde-texte ou texture.
Ce colloque a pour ambition de redéployer ces questions sous des angles multiples – politique, sociologique, esthétique ou économique – pour voir jusqu’où, et comment, les médias in-forment, à tous les sens du terme, la structure de nos sociétés, les modalités de la création, le régime de nos échanges.




Programme

17h30 Discours d'ouverture
Cécile SAKAI (univ. Paris Diderot/IFRJ-MFJ), Mathieu CAPEL (univ. Grenoble Alpes/IFRJ-MFJ)

17h45 Conférence
OGUMA Eiji (univ. Keiô)
Entre « faits » et « fake » : que peuvent aujourd'hui cinéma et médias ?

18h30 Table ronde : Cinéma, activisme, politique
Participants : TOMITA Katsuya (cinéaste), MURAKAMI Ryôta (journaliste), Marie LINTON (cinéaste)


Modérateurs : Sylvie BROSSEAU (univ. Waseda), Mathieu CAPEL (univ. Grenoble Alpes/IFRJ-MFJ), MIURA Nobutaka (prof. émérite de l’univ. Chûô), Cécile SAKAI (univ. Paris Diderot/IFRJ-MFJ), SAWADA Nao (univ. Rikkyô)

Organisation : IFRJ-MFJ

Collaboration : Fondation MFJ, Ambassade de France au Japon/IFJ, univ. Rikkyô, univ. Sorbonne Nouvelle Paris 3, IRCAV, Ambassade de Suisse au Japon

* À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

Images et pouvoirs, ou le tissu des médias
Perspectives France-Japon


avec traduction simultanée
samedi 18 mai 2019 / 10 h – 18 h 00
auditorium


2019051718Images.jpg
Cliquer sur l'image pour plus d'information.



Il n’est sans doute pas de semaine où ne se pose la question des médias, quelles que soient leurs formes : cinéma, télévision, internet, presse, musique, smartphones – ou plus simplement aujourd’hui, écrans, tactiles ou de diffusion. Chaque semaine ces médias et écrans interrogent nos façons d’appréhender le monde, d’habiter l’espace, de nous situer dans l’histoire, de bâtir des cultures. Les GAFAM, comme on les nomme désormais, (Google Apple Facebook Amazon Microsoft, mais ils ne sont pas les seuls), semblent être les opérateurs incontournables de nos vies, comme de la manière dont nous faisons société. Inversement, cette nouvelle domination n’a cessé, à mesure qu’elle s’installait, de nourrir les réflexions, dans une effervescence manifeste, tant aux États-Unis qu’en Europe et au Japon. Ces réflexions ont épousé les contours de théories diverses : artistiques, économiques, esthétiques, philosophiques, architecturales, sociologiques. Parmi ses avatars, le postmodernisme et le poststructuralisme, mais aussi les théories néolibérales, ont annoncé l’avènement d’un monde en réseau, tissé d’images et de signes, d’un monde-texte ou texture.
Ce colloque a pour ambition de redéployer ces questions sous des angles multiples – politique, sociologique, esthétique ou économique – pour voir jusqu’où, et comment, les médias in-forment, à tous les sens du terme, la structure de nos sociétés, les modalités de la création, le régime de nos échanges.




Programme

10 h Discours d'ouverture
Cécile SAKAI (univ. Paris Diderot/IFRJ-MFJ), Mathieu CAPEL (univ. Grenoble Alpes/IFRJ-MFJ)

10h10 Conférence I
KOBAYASHI Yasuo (univ. Aoyama Gakuin)
Épistémè, le saisissement - à partir de Miyakawa Atsushi

10h55 Médias, écrans, philosophie
Emmanuel ALLOA (univ. de Saint-Gall, univ. Paris 8)
Faire abstraction : pour une autre économie des images

Mark ALIZART (philosophe)
Economie des images, images de l’économie : la blockchain entre médias et membranes

HIROSE Jun (univ. Ryûkoku)
Notre monde sera-t-il un jour godardien ?

12h40 Pause déjeuner

13h40 Conférence II
Mauro CARBONE (univ. Jean Moulin Lyon 3)
Des écrans tels des lunettes qu’on oublie avoir sur le nez ?

14:20 Médias, écrans, création
Kristian FEIGELSON (univ. Sorbonne Nouvelle - Paris 3)
Les médias au prisme des sciences sociales

ITÔ Yôji (univ. Chûô)
Bergson, Deleuze, images

15h40 Pause

16h00 KINOSHITA Chika (univ. de Kyoto)
Cinéma, médias et politiques de la procréation

Stephen SARRAZIN (univ. d’art de Tokyo)
Voir grand. Mapping, projection et autres réponses d’un art complice

17h15 Conférence III
YOSHIMI Shun.ya (univ. de Tokyo)
Bombardements aériens, ou la ville visuelle : Tokyo dans la géopolitique globale du regard


Comité scientifique : Mathieu CAPEL (univ. Grenoble Alpes/IFRJ-MFJ), Cécile SAKAI (univ. Paris Diderot/IFRJ-MFJ), MIURA Atsushi (univ. de Tokyo), SAWADA Nao (univ. Rikkyô)
Modérateurs : Sylvie BROSSEAU (univ. Waseda), Mathieu CAPEL (univ. Grenoble Alpes/IFRJ-MFJ), MIURA Nobutaka (prof. émérite de l’univ. Chûô), Cécile SAKAI (univ. Paris Diderot/IFRJ-MFJ), SAWADA Nao (univ. Rikkyô)
Organisation : IFRJ-MFJ
Collaboration : Fondation MFJ, Ambassade de France au Japon/IFJ, univ. Rikkyô, univ. Sorbonne Nouvelle Paris 3, IRCAV, Ambassade de Suisse au Japon

* À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

Rencontres autour de la traduction franco-japonaise (séance n° 11)


en japonais sans traduction
mercredi 22 mai 2019 / 18h30 - 20h
Bibliothèque de la Maison franco-japonaise
NAKAMURA Yoshiko

Une vie sans fin.jpg Invitée : NAKAMURA Yoshiko
Modératrice : MARUYAMA Ami (traductrice, rédactrice, ancienne responsable de la rédaction à la revue Furansu)

La Bibliothèque de la Maison franco-japonaise organise une série de rencontres avec des traductrices et traducteurs d’ouvrages de fiction (littérature, BD, manga) ou de sciences humaines et sociales.

Pour cette dixième-séance, nous accueillons Mme NAKAMURA Yoshiko, traductrice de littérature française.

Profil :
Après des études au département de philosophie de la faculté de littérature de l’université de Hiroshima, NAKAMURA Yoshiko a travaillé pour une agence de publicité locale à la production et à l’édition de magazines d’entreprises. Elle a ensuite étudié le français à l'Institut français de Tokyo et à l’Athénée Français et a commencé à s’intéresser à la traduction. Elle débute sa carrière de traductrice professionnelle en signant la traduction japonaise de La veuve de Saint-Pierre (novélisation du film éponyme de Patrice Leconte) et on lui doit la traduction d’un grand nombre de romans depuis.

2084 la fin du monde.jpg Principales traductions :

  • Une vie sans fin de Frédéric Beigbeder (Kawade Shobo Shinsha 2019)

  • 2084 : la fin du monde de Boualem Sansal (Kawade Shobo Shinsha 2017)

  • Le Père Goriot de Honoré de Balzac (Kobunsha koten shinyaku bunko 2016)

  • Adolphe de Benjamin Constant (Kobunsha koten shinyaku bunko 2014)

  • La Possibilité d’une île de Michel Houellebecq (Kadokawa Shoten 2017, Kawade bunko 2016)

  • Extension du domaine de la lutte de Michel Houellebecq (Kadokawa Shoten 2004, Kawade bunko 2018)

  • Et beaucoup d’autres.




    Date : le mercredi 22 mai, de 18h30 à 20h
    Lieu : Bibliothèque de la Maison franco-japonaise
    en japonais sans traduction

    Participation sur inscription, nombre de places limité à 20.
    Merci de vous inscrire par mail en précisant vos nom, contact (numéro de téléphone, adresse mail) et affiliation (si vous en avez). Vous pouvez nous envoyer préalablement vos questions pour Mme NAKAMURA Yoshiko, nous les lui transmettrons.

    Inscription et renseignements :
    Bibliothèque de la Maison franco-japonaise
    Tel : 03-5421-7643 Fax : 03-5421-7653
    Mail : biblio@mfj.gr.jp
    Ouverture : du mardi au samedi, de 13h à 18h

    第11回.jp

    Cliquer sur l'image pour plus voir le flyer.

    * À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

    Les Mazarinades au temps du Web : conception et développement d’un projet numérique franco-japonais


    en japonais sans traduction
    samedi 25 mai 2019 / 15h30-17h30
    salle 601
    Tadako ICHIMARU (université Gakushuin)
    00-006957のコピー.jpg

    Jules Mazarin


    La Fronde du XVIIe siècle était une guerre civile ; on se battait non seulement avec des armes, mais aussi avec des textes imprimés. Pendant les troubles, les pièces lancées comme des pierres sont ensuite conservées et transmises par des collectionneurs très passionnés ; soit plus de 5000 pièces. (La Bibliothèque de l’université de Tokyo en a une belle collection, d’environ 2700 pièces.) Cette conférence présentera le projet franco-japonais de numérisation et d’édition collaborative des Mazarinades, qui réalise l’ouverture d’un domaine de recherches scientifiques sur le Web.

    IMG_0128.jpg

    Gabriel Naudé


    Profil de la conférencières :
    Tadako ICHIMARU est chargée de cours de littérature à l’université Gakushûin, co-responsable du « Projet Mazarinades » (www.mazarinades.org) et co-administratrice du site internet « Recherches internationales sur les Mazarinades » (www.mazarinades.net). Elle est également autrice d’articles sur les Mazarinades dans des revues scientifiques : « Enjeux de la numérisation des Mazarinades » in Histoire et civilisation du livre, XII, 2016, « Mazarinades. La collection de l’université de Tokyo » in Bulletin du bibliophile, no 1, juin 2009.

    IMG_2472.jpeg

    Mazarinades


    Modérateur : Akio YASUE (SFJBD)
    Organisation : Société franco-japonaise des bibliothécaires et des documentalistes, IFRJ-MFJ
    Collaboration : Bibliothèque générale de l’université de Tokyo

    * À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

    Sorties de guerres et retours des combattants au XXe siècle

    [ Conférence ]

    en français avec traduction
    lundi 27 mai 2019 / 18 h 30 – 20 h 30
    auditorium
    Bruno CABANES (Ohio State University)
    Modification : Lieu : salle 601 → auditorium

    livre BC.jpgDepuis une quinzaine d’années, les historiens de la guerre ont travaillé sur les transitions de la guerre vers la paix, appelées aussi « sorties de guerre ». Ces transitions s’accompagnent de retours de soldats, qui sont autant de déplacements dans l’espace (des champs de bataille vers l’arrière), dans le temps (de la guerre vers l’après-guerre) et dans les identités individuelles et collectives (du statut de combattants à celui d’anciens combattants).
    Cette conférence interroge la possibilité et les enjeux d’une histoire comparée des retours de combattants, et comment ce champ de recherche s’inscrit lui-même dans de nouvelles perspectives pour l’histoire militaire : la question des délimitations entre guerre et paix, la redéfinition des rapports entre une histoire sociale et une histoire culturelle de la guerre, et le projet d’une histoire globale du phénomène guerrier.



    CAB.jpegProfil :
    Ancien élève de l’École normale supérieure, docteur en histoire, Bruno Cabanes vit aux États-Unis depuis quatorze ans. Après avoir enseigné à l’université Yale (2005-2014), il occupe la Chaire Donald et Mary Dunn d’histoire de la guerre à Ohio State University. Auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire de la Première Guerre mondiale, notamment La Victoire endeuillée. La sortie de guerre des soldats français, 1918-1920 (Seuil, 2004) et The Great War and the Origins of Humanitarianism, 1918-1924 (Cambridge University Press, 2014), il a récemment dirigé Une histoire de la guerre, du XIXe siècle à nos jours (Seuil, 2018), avec la collaboration de Thomas Dodman, Hervé Mazurel et Gene Tempest, et de cinq-sept chercheurs de six pays différents.

    Modérateur : KENMOCHI Hisaki (univ. préfectorale de Shizuoka)
    Organisation : JSPS KAKENHI 16H03497 « Histoire publique en Europe : musées, médias, manuels », JSPS KAKENHI 17H02376 « Grande guerre et la population civile : les soldats sans armes après la guerre », Groupe de recherche « Histoire de l’armée et de la société»
    Co-organisation : IFRJ-MFJ

    * À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

    Atelier de lecture à la Bibliothèque de la Maison franco-japonaise
    2. Autour de la bande dessinée francophone (1er jour)


    en japonais sans traduction
    mardi 28 mai 2019 / 18 h 30 - 20 h
    Bibliothèque de la Maison franco-japonaise

    La Bibliothèque de la Maison franco-japonaise lance une série d’ateliers de lecture, dont les premiers se concentreront sur les bandes dessinées francophones et sur leurs traductions. Le but est de promouvoir auprès du public japonais des œuvres et des bédéistes qui ne sont pas encore traduits ni publiés au Japon.
    Les personnes francophones sont chaleureusement invitées à participer aux échanges sur les problèmes de traduction et d’adaptation du japonais vers le français, dans une optique d’échange culturel et d’entraide.

    Le nombre de bandes dessinées francophones traduites vers le japonais a fortement augmenté au cours de ces dix dernières années, mais beaucoup restent encore à traduire. Et parmi celles-ci, nombre d’œuvres merveilleuses qui mériteraient d’être découvertes au Japon, sans compter les nouvelles œuvres originales publiées chaque année.
    Nous vous proposons de lire ensemble ces bandes dessinées anciennes et contemporaines, en français !

    Dokushokai.png
    M. Masato Hara, traducteur de BD, animera cet atelier de lecture, et il est nécessaire de lire le français dans une certaine mesure pour y participer. Les lecteurs ayant peu de pratique et les étudiants sont bien sûr les bienvenus, ainsi que les francophones qui s’intéressent à la bande dessinée, et souhaitent réfléchir à une traduction en japonais – exercice peu courant ! Pour ce faire, la bibliothèque préparera des documents sur le contexte de l’œuvre.

    Au programme de la deuxième séance de l'atelier de lecture :

    Aurélia Aurita, Je ne verrai pas Okinawa, Les Impressions Nouvelles, 2008.
    https://lesimpressionsnouvelles.com/catalogue/je-ne-verrai-pas-okinawa/
    Chenda se rend pour la première fois au Japon en 2004. Immédiatement séduite par Frédéric et par le pays du Soleil levant, elle y voyage à plusieurs reprises. Si l’amour qu’elle porte à son nouvel amant est réciproque, il n’en est pas de même, hélas, avec son nouveau pays d’adoption. Procédurière jusqu’à l’absurde, l’administration transforme ses séjours en calvaire bureaucratique. Derrière les déboires de Chenda avec les services d’immigration nippons, c’est aussi une histoire plus globale qui se dessine. Le Japon n’est pas le seul pays à traiter ses étrangers avec méfiance et de manière arbitraire…

    日仏会館BD読書会第1回_Aurita-Okinawa.jpg
    Date : ① mardi 28 mai 2019 de 18 h 30 à 20 h
               ② mercredi 29 mai 2019 de 18h30 à 20h
    Lieu : Bibliothèque de la Maison franco-japonaise
    Gratuit et ouvert à tous

    Participation sur inscription, nombre de places limité à 15.
    Merci de vous inscrire par mail en précisant la date de participation souhaitée, votre nom, numéro de téléphone et adresse mail, ainsi que votre affiliation (si vous en avez).
    Les textes utilisés pendant les ateliers seront préparés par la bibliothèque. Les détails seront communiqués lors de l’inscription. La bibliothèque a obtenu l'autorisation de l'éditeur d'utiliser des reproductions de l’ouvrage pour cette séance.

    Inscription et renseignements : Bibliothèque de la Maison franco-japonaise
    Tel : 03-5421-7643 Fax : 03-5421-7653
    Mail : biblio@mfj.gr.jp
    Ouverture : du mardi au samedi, de 13h à 18h

    Nous espérons pouvoir vous proposer un rendez-vous une fois par mois.

    * À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

    Atelier de lecture à la Bibliothèque de la Maison franco-japonaise
    2. Autour de la bande dessinée francophone (2ème jour)


    en japonais sans traduction
    mercredi 29 mai 2019 / 18 h 30 - 20 h
    Bibliothèque de la Maison franco-japonaise

    La Bibliothèque de la Maison franco-japonaise lance une série d’ateliers de lecture, dont les premiers se concentreront sur les bandes dessinées francophones et sur leurs traductions. Le but est de promouvoir auprès du public japonais des œuvres et des bédéistes qui ne sont pas encore traduits ni publiés au Japon.
    Les personnes francophones sont chaleureusement invitées à participer aux échanges sur les problèmes de traduction et d’adaptation du japonais vers le français, dans une optique d’échange culturel et d’entraide.

    Le nombre de bandes dessinées francophones traduites vers le japonais a fortement augmenté au cours de ces dix dernières années, mais beaucoup restent encore à traduire. Et parmi celles-ci, nombre d’œuvres merveilleuses qui mériteraient d’être découvertes au Japon, sans compter les nouvelles œuvres originales publiées chaque année.
    Nous vous proposons de lire ensemble ces bandes dessinées anciennes et contemporaines, en français !

    Dokushokai.png
    M. Masato Hara, traducteur de BD, animera cet atelier de lecture, et il est nécessaire de lire le français dans une certaine mesure pour y participer. Les lecteurs ayant peu de pratique et les étudiants sont bien sûr les bienvenus, ainsi que les francophones qui s’intéressent à la bande dessinée, et souhaitent réfléchir à une traduction en japonais – exercice peu courant ! Pour ce faire, la bibliothèque préparera des documents sur le contexte de l’œuvre.

    Au programme de la deuxième séance de l'atelier de lecture :

    Aurélia Aurita, Je ne verrai pas Okinawa, Les Impressions Nouvelles, 2008.
    https://lesimpressionsnouvelles.com/catalogue/je-ne-verrai-pas-okinawa/
    Chenda se rend pour la première fois au Japon en 2004. Immédiatement séduite par Frédéric et par le pays du Soleil levant, elle y voyage à plusieurs reprises. Si l’amour qu’elle porte à son nouvel amant est réciproque, il n’en est pas de même, hélas, avec son nouveau pays d’adoption. Procédurière jusqu’à l’absurde, l’administration transforme ses séjours en calvaire bureaucratique. Derrière les déboires de Chenda avec les services d’immigration nippons, c’est aussi une histoire plus globale qui se dessine. Le Japon n’est pas le seul pays à traiter ses étrangers avec méfiance et de manière arbitraire…

    日仏会館BD読書会第1回_Aurita-Okinawa.jpg
    Date : ① mardi 28 mai 2019 de 18 h 30 à 20 h
               ② mercredi 29 mai 2019 de 18h30 à 20h
    Lieu : Bibliothèque de la Maison franco-japonaise
    Gratuit et ouvert à tous

    Participation sur inscription, nombre de places limité à 15.
    Merci de vous inscrire par mail en précisant la date de participation souhaitée, votre nom, numéro de téléphone et adresse mail, ainsi que votre affiliation (si vous en avez).
    Les textes utilisés pendant les ateliers seront préparés par la bibliothèque. Les détails seront communiqués lors de l’inscription. La bibliothèque a obtenu l'autorisation de l'éditeur d'utiliser des reproductions de l’ouvrage pour cette séance.

    Inscription et renseignements : Bibliothèque de la Maison franco-japonaise
    Tel : 03-5421-7643 Fax : 03-5421-7653
    Mail : biblio@mfj.gr.jp
    Ouverture : du mardi au samedi, de 13h à 18h

    Nous espérons pouvoir vous proposer un rendez-vous une fois par mois.

    * À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

    « précédent suite »

    Agenda du Bureau Français > mai 2019

    Programme des manifestations publiques2019 (PDF)

    Programme des manifestations publiques2018 (PDF)

    Programme des manifestations publiques2017 (PDF)

    Programme des manifestations publiques2016 (PDF)

    Programme des manifestations publiques2015 (PDF)

    Programme des manifestations publiques2014 (PDF)

    Programme des manifestations publiques2013 (PDF)

    Programme des manifestations publiques2012 (PDF)

    Programme des manifestations publiques2011 (PDF)

    Programme des manifestations publiques2010 (PDF)

    Programme des manifestations publiques2009 (PDF)

    Programme des manifestations publiques2008 (PDF)