Maison Franco-japonaise: 日仏会館 Institut de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (UMIFRE 19 MEAE-CNRS)

Langue:JA / FR


Recherche / Research

Missions et orientations

L'UMIFRE 19 MEAE-CNRS est un Institut français de recherche à l'étranger (IFRE) en sciences sociales sur le Japon contemporain.

Ses missions et orientations sont celles d'un centre de production de connaissances et celles d'un centre de diffusion de connaissances.

Un centre de production de connaissances

Notre institut, comme tout centre de recherche, a pour première mission la production de connaissances. Du fait de sa localisation, sa production de connaissances concerne en priorité le Japon et l'Asie  orientale. Cette production doit en faire un lieu d'expertise sur la situation économique, politique et sociale du Japon.

Nous organisons donc des travaux de recherche en sciences sociales sur le Japon contemporain, un Japon ouvert sur l'Asie orientale et le monde. Notre institut privilégie des travaux et des coopérations qui peuvent fournir une approche historique et comparatiste et s'inscrire dans la thématique générale :

      Analyse des transformations économiques, sociales et culturelles face à la mondialisation

Ces travaux sont menés par les chercheurs en poste, individuellement et en équipe et pour chacun en collaboration éventuelle avec les centres de recherche japonais et français auquel il est affilié. Certains travaux sont conduits en collaboration avec des chercheurs associés et à l'occasion également avec d'autres unités de recherche sur des programmes entrant dans le cadre de cette thématique générale. Des doctorants français, rattachés par ailleurs à une école doctorale en France et visitant une université japonaise peuvent, en raison de leur thème de recherche, être associés à nos activités.

Ces activités de recherche amènent notre institut à organiser des ateliers, des séminaires et des colloques de travail seul ou le plus souvent en coopération avec des centres de recherches japonais, français et étrangers. Il informe sur ses activités et assure la diffusion de ses résultats (revue Ebisu, site internet et autres publications).

Un centre de diffusion de connaissances

Une mission d'intermédiation nous a été confiée par le MEAE en accord avec la Fondation Maison franco-japonaise qui nous héberge. Il s'agit pour notre institut de contribuer au développement des relations entre les communautés française et japonaise dans l'ensemble des domaines de l'élaboration des savoirs.

Notre institut doit, pour cela, aider à la diffusion des principales connaissances élaborées en France dans l'ensemble du spectre des sciences humaines et sociales. Nous le faisons de manière permanente en offrant l'accès à une bibliothèque de plus de 50 000 volumes sur la littérature et les sciences humaines et sociales françaises. Nous mettons en place aussi de nombreux évènements ponctuels, conférences, débats, séminaires et colloques, en français et japonais avec traduction.

Cette diffusion de connaissances contribue au rayonnement scientifique français au Japon. Il est dirigé au-delà du cercle des spécialistes, sans pour autant empiéter sur les actions de rayonnement culturel dont la mission est confiée aux centres culturels français.

Un certain nombre de ces évènements sont nourris par notre propre activité de recherche, mais la plupart d'entre eux sont montés en coopération avec plusieurs partenaires. Nous travaillons en particulier avec des institutions françaises auxquelles nous sommes liées par des conventions signées à cet effet (par exemple: l'EHESS, l'EPHE et l'INALCO de Paris, l'IAO de Lyon) ainsi qu'avec d'autres entités françaises ou étrangères au Japon, et, en premier, avec les services de l'ambassade et le réseau France.

Nous organisons plusieurs événements en collaboration avec la Fondation Maison franco-japonaise et à l'occasion avec l'une ou l'autre de la vingtaine de sociétés savantes franco-japonaises qui lui sont rattachées.

Les axes de recherche ont été renouvelés depuis septembre 2017 pour ouvrir de nouveaux horizons tout en tenant compte à la fois des pistes explorées durant les années précédentes et des projets portés par les membres récemment affectés à l'unité en sciences sociales et humaines. Un accent plus particulier est porté sur les expertises concernant la période contemporaine, notamment autour de différents sous-axes liés à la géographie et aux études culturelles (littérature et cinéma). La plupart des travaux sont menés en collaboration avec des partenaires des universités japonaises, de même qu'avec différents soutiens institutionnels, notamment du CNRS, de l'Institut français, du Service culturel de l'Ambassade de France au Japon, de programmes spécifiques de recherche tels que l'INCAS.

Les trois axes pour la période 2017-2020 sont :

Axe I : Environnement, espaces, populations, sous la responsabilité de Rémi Scoccimarro. 

Quelles sont les conditions, les modalités et les répercussions humaines de la reconstruction des régions du nord-est du Japon frappées par le séisme du 11 mars 2011 ? Il s'agit d'interroger notamment les enjeux politiques, économiques, sociaux et environnementaux des projets locaux de production d'énergies renouvelables accompagnant les programmes de reconstruction, avec une attention particulière pour les usages actuels de la notion de résilience. En parallèle, sera menée l'étude des recompositions démographiques et morphologiques qui caractérisent aujourd'hui les métropoles japonaises. 

Axe II : Conditions de la culture moderne et contemporaine - Patrimoine et invention (XXe-XXIe s.), sous la responsabilité de Cécile Sakai et de Mathieu Capel. 

Il s'agit d'examiner, dans une perspective comparative inter-médiatique, les conséquences de l'émergence d'une scène culturelle globale et numérisée sur les structures, les conditions de la création et de la réception, les relations entre acteurs. On s'intéressera plus précisément aux champs de la traduction et de l'édition d'une part, de l'image et du cinéma depuis les années 1980 d'autre part. À partir de l'observation du terrain japonais, du recueil de données et de documentations, on tentera d'esquisser des modèles d'interprétation, qui pourraient servir dans des approches comparatives en études culturelles.

Axe III : Trajectoires, inégalités, sociétés en mouvement, sous la responsabilité de Sophie Buhnik et de Guillaume Carré. 

Cet axe interroge la formation des inégalités économiques, sociales et territoriales au Japon depuis le XIXe siècle. Il se focalise ainsi sur les trajectoires résidentielles des habitants des espaces périurbains en dévitalisation depuis les années 1990, sur les inégalités d'accès aux ressources en commerces et en services selon les territoires, ainsi que sur les transitions qu'ont connues les villes du Kansai entre 1850 et 1940, à travers l'évolution des communautés de quartier (et de leurs notables) à Ôsaka. Une attention particulière sera portée à l'étude des processus.






Accueil > Recherche > Missions et orientations