Maison Franco-japonaise: 日仏会館 Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (UMIFRE 19 MEAE-CNRS)

Langue:JA / FR


Actualités

Actualités

jeudi 19 décembre 2019

Rapport de l’Atelier de lecture à la Bibliothèque de la Maison franco-japonaise
6. Autour de la bande dessinée francophone

① mercredi 25 octobre 2019 de 15 h à 16 h 30
② mercredi 25 octobre 2019 de 18 h 30 à 20 h
Lieu : Bibliothèque de la Maison franco-japonaise
Participants : 9 (1e session) et 10 (2e session)
Modérateur : Monsieur HARA Masato

La Bibliothèque de la Maison franco-japonaise a lancé une série d’ateliers de lecture et de traduction de bandes dessinées francophones, dont la sixième séance a eu lieu le 25 octobre 2019 de 15 h à 16 h 30 et de 18 h 30 à 20 h..
M. Hara, traducteur de nombreuses bandes dessinées et modérateur de l’atelier, a d’abord expliqué brièvement leur but, qui est avant tout de tenter d’augmenter l’intérêt des lecteurs japonais pour la BD francophone.
Nous avons fait un tour de table avant d’ouvrir l’atelier.

Voici le rapport de M. Hara sur la sixième séance de l’atelier de lecture :

« Pour notre atelier, nous avons lu Chroniques de Jérusalem de Guy Delisle. L’album Pyongyang, du même auteur, a été traduit par Atsuko Higaki pour sa parution japonaise aux éditions Akashi Shoten en 2006.
Jérusalem.pngのサムネイル画像    Pour cette séance, les participants devaient lire l’album du début jusqu’à la page 19. Comme lors des ateliers précédents, ils avaient reçu à l'avance le texte pour se préparer. Chacun a traduit un extrait de plusieurs lignes et tous se sont entraidés pour la grammaire et les difficultés liées aux références culturelles.
   Malgré la brièveté du texte dans cet album, nous n’avons pu lire que 8 pages lors de notre atelier. Il n'a pas été facile pour les lecteurs Japonais de lire en français une œuvre sur la situation israélienne, de comprendre des expressions du registre familier et de traduire l'humour propre à cet auteur en japonais. De plus, des caractères cyrilliques apparaissent dans les premières pages et un mot peu commun (ch'ti) a donné du fil à retordre aux participants. Bien que le ton de l'histoire soit léger et le récit facile à lire, il a fallu consulter des documents pour mieux comprendre certains passages, ce qui a rendu l'exercice de traduction ardu.
   Les Japonais ne sont pas vraiment familiers avec la question israélo-palestinienne, mais j’ai l’impression que les événements décrits dans l’album leur sont plus clairs actuellement que lors de sa parution. À mon avis, cela pourrait être dû au fait que la situation internationale est tendue, ou encore que l’intérêt pour les questions internationales s'accentue avant les Jeux olympiques de Tokyo. En tout cas, j'aimerais que beaucoup de Japonais lisent cet album car il traite de thèmes difficiles à dessiner dans les mangas japonais.
   Je tiens, dans les prochains ateliers, à continuer de lire d’autres types de BD avec nos participants. »

Un « Atelier de lecture à la Bibliothèque de la Maison franco-japonaise : autour de la bande dessinée francophone » se tiendra une fois par mois. Si vous êtes intéressé, n'hésitez pas à vous joindre à nous en vous inscrivant à la bibliothèque.


Accueil > Bibliothèque > Actualites > Rapport de l’Atelier de lecture à la Bibliothèque de la Maison franco-japonaise6. ...