Maison Franco-japonaise: 日仏会館 Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (UMIFRE 19 MEAE-CNRS)

Langue:JA / FR


Actualités

Actualités

lundi 06 avril 2020

Rapport de l’Atelier de lecture à la Bibliothèque de la Maison franco-japonaise
9. Autour de la bande dessinée francophone

① mercredi 29 janvier 2020 de 15 h à 16 h 30
② mercredi 29 janvier 2020 de 18 h 30 à 20 h
Lieu : Bibliothèque de la Maison franco-japonaise
Œuvre présente : L’Enfant et la rivière d'Henri Bosco, illustré par Xavier Coste ©2018, éditions Sarbacane.
Participants : 10 (1e session) et 11 (2e session)
Modérateur : Monsieur HARA Masato

La Bibliothèque de la Maison franco-japonaise a lancé une série d’ateliers de lecture et de traduction de bandes dessinées francophones, dont la neuvième séance a eu lieu le 29 janvier 2020 de 15 h à 16 h 30 et de 18 h 30 à 20 h..
M. Hara, traducteur de nombreuses bandes dessinées et modérateur de l’atelier, a d’abord expliqué brièvement leur but, qui est avant tout de tenter d’augmenter l’intérêt des lecteurs japonais pour la BD francophone.
Nous avons fait un tour de table avant d’ouvrir l’atelier.

Voici le rapport de M. Hara sur la neuvième séance de l’atelier de lecture :

« Pour notre atelier, nous avons lu L’Enfant et la rivière d'Henri Bosco, illustré par Xavier Coste ©2018, éditions Sarbacane.

enfantrivière.png

L’Enfant et la rivière d'Henri Bosco, illustré par Xavier Coste ©2018, éditions Sarbacane.

   Henri Bosco est un romancier français dont certaines œuvres sont traduites en japonais. L’Enfant et la rivière a été traduit plusieurs fois : nous pouvons entre autres citer 『少年と川・島の狐 : パスカレ少年の物語』(L'Enfant et la rivière, Le Renard dans l'île : l'histoire du jeune Pascalet), traduit par Amazawa Taijirô (Fukuinkan, Doyô Bunko, 1985).
   Xavier Coste (né en 1989) est un jeune auteur de bande dessinée et illustrateur français dont les œuvres ne sont malheureusement pas encore traduites en japonais. L’album lu pour notre atelier illustre magnifiquement le monde coloré et envoûtant de la Provence telle que décrite par Henri Bosco. L’utilisation expressive des couleurs par Coste ajoute à l’histoire originale, faisant de cette BD une œuvre à part entière plutôt qu’une simple adaptation.
   Pour cette séance, les participants devaient lire l’album du début jusqu’à la page 20. Comme lors des ateliers précédents, ils avaient reçu à l'avance le texte pour se préparer. Chacun a traduit un extrait de plusieurs lignes et tous se sont entraidés pour la grammaire et les difficultés liées aux références culturelles.
   Bien que cette bande dessinée soit inspirée d'une œuvre littéraire écrite dans une langue riche, je pense que le vocabulaire et la structure grammaticale sont assez faciles à comprendre pour ceux et celles qui étudient le français comme langue étrangère. Les participants ont eu moins de difficulté à comprendre le texte de cet album que celui d’albums présentés lors des dernières séances, qui étaient écrits dans un registre familier.
   Bien que L’Enfant et la rivière soit une bande dessinée pour tous, c'est avant tout une œuvre littéraire sur l’enfance, avec un garçon comme personnage principal. Il y a relativement peu de texte et, à cet égard, je pense que c'était aussi facile à lire.
   D'un autre côté, l'utilisation d'un vocabulaire et d'expressions propres au Sud de la France ont rappelé aux participants qu’il ne suffit pas d’être muni d’un dictionnaire pour traduire correctement.    Je tiens, dans les prochains ateliers, à continuer de lire d’autres types de BD avec nos participants. »

Accueil > Bibliothèque > Actualites > Rapport de l’Atelier de lecture à la Bibliothèque de la Maison franco-japonaise9. ...