Maison Franco-japonaise: 日仏会館 Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (Umifre 19, MEAE-CNRS)

Langue:JA / FR


Présentation

Guillaume LADMIRAL

Profil :
  • Chercheur de l'Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise, UMIFRE 19 MEAE-CNRS
  • Chargé de cours à l’université de Kyoto, Graduate School of Letters, Division of Behavioral Studies
  • Chargé de cours à l’université des sciences médicales de Shiga


  • Contact :Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise, 3-9-25, Ebisu, Shibuya-ku, Tokyo, 150-0013, Japon
    Tél : 00-81-3-5421-7641
    Fax : 00-81-3-5421-7651
    Mail : ladmiral[at]mfj.gr.jp

    Thèmes de recherche

    • Sociologie des organisations politiques, politisation des rapports sociaux et sociologie électorale, effets systémiques de la fraude électorale
    • Processus de parentalisation des organes de prise de décision politique et de patrimonialisation de l’exercice de la domination
    • Facteurs politiques, sociaux et économiques de la résilience des sociétés aux chocs exogènes

    I. Mon travail de sociologie historique consiste en un réexamen des traits saillants du système politique et du système partisan du Japon d’avant-guerre (1890-1937). L’étude s’intéresse (1) à l’achat de voix et à l’ingérence des gouvernements dans le déroulement des campagnes électorales. L’achat de voix qui était un pratique massive et généralisée et les pratiques d’ingérence étaient liés par une relation de complémentarité fonctionnelle, l’ingérence consistant en la répression partiale des fraudes électorales. (2) L’étude s’attache à éclairer deux processus qui structurèrent le système politique et le système des partis d’avant-guerre: la parentalisation de l’Etat et la cartellisation des partis politiques. L’analyse dégage les nombreuses et lourdes conséquences systémiques de ces pratiques et processus. L’achat de voix dans le Japon est comparé à ce qui est connu de cette méthode de campagne , aux États-Unis d’Amérique et au Royaume-Uni au XIXe siècle ou bien, au XXe siècle, dans des pays d’Amérique latine et à Taiwan, par exemple.
    II. Mes recherches relatives à la pandémie C-19 s’ordonnent suivant deux questionnements. Tout d’abord, (1) l’étude comparative (Japon et une dizaine de pays membres de l’OCDE) des facteurs socio-économiques de la prévalence des cas de C-19 et de la mortalité imputable au syndrome. Ensuite et restreinte au seul cas japonais, la recherche reconstitue (2) les réseaux de politiciens, de fonctionnaires et d’experts scientifiques actifs aux trois échelons locaux, préfectoraux et nationaux qui ont définis et mis en œuvre les politiques sanitaires et prophylactiques d’endiguement de la pandémie. Ces réseaux d’élus et d’experts ont aussi défini les politiques publiques en réponse aux conséquences sociales et économiques de la crise sanitaire. L’étude s’attache à caractériser ces réseaux et leur évolution et à dégager leur rôle respectif dans les processus de prise de décision et la mobilisation du reste de la société japonaise.

    Partenariat : université de Kyoto et université des sciences médicales de Shiga


    Publications

    Accueil > Recherche > Personnel de recherche Personnel Administratif > Guillaume LADMIRAL