Maison Franco-japonaise: 日仏会館 Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (Umifre 19, MEAE-CNRS)

Langue:JA / FR


Agenda

novembre 2020

Des musées de guerre aux musées des sociétés en guerre, approche internationale comparative


avec traduction simultanée
jeudi 05 novembre 2020 / 18 h 30 - 20 h 30
En ligne
Annette BECKER (univ. Paris-Nanterre)
Discutants : HARADA Keiichi (prof. émérite de l’univ. Bukkyō), KANEKIYO Junko (Musée de Kyoto pour la paix mondiale, univ. Ritsumeikan)
20201105Invalides.jpg

Au Japon, les musées de guerre ont signifié longtemps musées militaires de la seconde guerre mondiale, et dans d’autres pays, dont la France, musées des armées en guerre, des Temps modernes à la deuxième guerre mondiale : le musée national des Invalides à Paris en était le meilleur exemple. Depuis une trentaine d’années, de nombreux musées militaires à travers le monde montrent non seulement les combattants mais aussi les civils, tant la totalisation de la guerre a rendu impossible de séparer fronts militaires et fronts domestiques. Désormais, à la croisée de l’histoire des violences militaires, politiques, sociales, culturelles, les conservateurs de ces musées offrent des ensembles intellectuels où l’histoire est inscrite dans le court terme de la destruction guerrière et le long terme du rappel ou de l’oubli, entre amnésies, anamnèses et hypermnésies. Les visiteurs sont ainsi amenés à décrypter les temps et des espaces, à voir que les corps, les âmes, les paysages sont vulnérables, au sens étymologique. Ils peuvent percevoir comment les blessures et les dévastations extraordinaires dues aux passés les plus douloureux ont été vécues, prolongées, et représentées, entre héroïsmes et victimisations.


20201105Becker.jpeg Profil de l'intervenante
Annette BECKER est professeur émérite à l’université Paris-Nanterre. Après s’être consacrée principalement à la Grande Guerre, à sa mémoire, elle travaille depuis plusieurs années sur les liens entre les deux guerres mondiales, en particulier sur les différents aspects des occupations, sur les formes de violence et de sacré qui se sont transmises de l’une à l’autre et les extraordinaires nouveautés dans l’horreur de la seconde tout en poursuivant ses travaux sur les artistes, les écrivains, les intellectuels et la guerre. Elle a écrit ou dirigé de très nombreux ouvrages.
Derniers ouvrages parus : Les cicatrices rouges, 1914-1918, France et Belgique occupées (Fayard, 2010) ; Biographie de guerre d’Apollinaire, 1914-2009 (Tallandier, 2009 et 2014 ;) Voir la Grande Guerre, un autre récit(Armand-Colin, 2014) ; Messagers du désastre, Raphaël Lemkin, Jan Karski et les génocides (Fayard 2018, in English, Wisconsin University Press, 2020). Un recueil de ses articles paraîtra en 2020 : L’Immontrable ? Des guerres et des violences extrêmes dans l’art et la littérature (Préface inédite « Rendre visibles les extrêmes de la violence. De la Grande Guerre au génocide des Tutsi du Rwanda et aux terrorismes contemporains », Créaphis).
Passionnée par les musées d’histoire et le tourisme mémoriel ou Dark Tourism, Annette Becker est une des fondatrices de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne et du parcours historique du Mémorial de la Shoah à Paris. Elle co-préside le comité scientifique du classement des champs de bataille de la Grande Guerre au patrimoine mondial de l’UNESCO et est administratrice du musée national des Invalides à Paris.


Discutants : HARADA Keiichi (prof. émérite de l’univ. Bukkyō), KANEKIYO Junko (Musée de Kyoto pour la paix mondiale, univ. Ritsumeikan)
Modérateur : KENMOCHI Hisaki (univ. préfectorale de Shizuoka)
Organisation : IFRJ-MFJ
Co-organisation : JSPS Kakenhi Grant Number 19H01331


Cette conférence se déroulera sur la plateforme Zoom.
Une invitation sera envoyée à l'adresse mail indiquée lors de votre inscription sur notre site Internet. Merci d'entrer l'ID de réunion et le mot de passe dans l'application Zoom afin de participer à l'événement. (Attention à écrire correctement votre adresse mail lors de l'inscription, sinon vous ne recevrez pas d'invitation.)
Pour plus d'informations sur les modalités d'adhésion, veuillez consulter le site : https://www.youtube.com/watch?v=KR6IJM6PRFk


L’ID de réunion et le mot de passe pour participer à l’événement Zoom vous seront envoyés la veille.

* À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

Lunch Seminar on Japanese Economy

Diversification as Stratification. Work-Style Reform and its Consequences on Inequality in Japan


en anglais sans traduction
vendredi 20 novembre 2020 / 12:30–14:00
Online
IMAI Jun (Sophia University)
20201120Imai.png

Summary

The standard employment centrism shapes the direction of stratification in Japan. In this presentation, I will pick up the recent develpments of labor management in Japan including work-style reform. Diversification of work-style is one of the major initiatives of the reform, which is supposed to narrow the gap between regular and non-regular employment as well as to allow workers to work more flexibly in order to solve the problems of work-life balance. Under such circumstances, Japanese companies began to segment regular employment into various types of “restricted” regular workers (gentei seishain), in much the same way as they found ippanshoku and jun-sogoshoku tracks in the 1980s and the 1990s. They are called “restricted” since they do not accept unlimited flexibilities required by employers with regard to the scope of job rotation and regional transfer and working time that core regular workers need to accept. Some regular workers change their track from core regular to resricted regular due to their, for instance, care needs at home, or non-regular workers would be hired in this career track as the revised Labor Contract Law (in effect since 2013) mandates companies to secure unlimited term contract to the non-regular workers with long-enough tenure. The establishment of these career tracks reveals that Japanese companies (and even workers) see the ability to accept flexibilities of working time, (functional and regional) mobilities within a firm as important but tacit, taken-for-granted criteria of evaluating their employees, which have been the central features of the regular employment. The fact that these new tracks are associated to inferior wages and promotion prospect means that the diversification is in fact the stratification of workers based on the extent of worker commitment to the flexibilties.



20201120Imaiphoto.JPG

Profile

Jun Imai (Ph.D. in Sociology, SUNY Stony Brook) is Professor of Sociology at Sophia University in Tokyo. Before joining Sophia, he taught at the University of Duisburg-Essen in Germany and Tohoku University and Hokkaido University in Japan. His major field of research is the development of employment relations and its impacts on social inequalities.





Moderator: Adrienne SALA (FRIJ-MFJ)
Organization: IFRJ-MFJ
Co-organization: CCIFJ France Japon
Support: Ambassade de France au Japon

This event will be held on Zoom.
An invitation will be sent to the email address you provided when you registered for the event.
Enter your Meeting ID and password to join the event.
(Please make sure you enter the correct email address when you register for the event, as you will not receive an invitation.)

For more information on how to join, please visit: https://youtu.be/hIkCmbvAHQQ

* À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

Colloque franco-japonais

Le travail au XXIe siècle au Japon et en France


avec traduction simultanée
vendredi 27 novembre 2020 / 17 h 30 - 20 h 30
Auditorium
Nicolas HATZFELD (univ. Paris-Nanterre), Dominique MÉDA (univ. Paris Dauphine-PSL), MIZUMACHI Yūichirō (univ. de Tokyo), OGUMA Eiji (univ. Keiō)
2020112728Colloquetravail.jpg

Cliquer sur l'image pour plus d'informations.

Les progrès technologiques, la mondialisation, la mutation du capitalisme et la transition démographique sont autant de facteurs qui agissent sur un processus de transformation du monde du travail et de la société dans son ensemble en ce début de XXIe siècle. Au Japon, ce processus est stimulé par un mouvement de « réforme pour une nouvelle manière de travailler », initié par le gouvernement japonais et traduit par un amendement du droit du travail qui incite les entreprises à changer leur mode de gestion des ressources humaines. En France, la question de la réforme du code du travail pour s’adapter aux transformations technologiques, économiques et sociales est également à l’ordre du jour depuis au moins une décennie. Cependant, que ce soit au Japon ou en France, ces changements ont un impact sur les conditions de travail et, plus largement, sur le contrat social. Et elles suscitent à la fois des inquiétudes, car accompagnées par une stagnation du niveau de vie, une montée des inégalités et un affaiblissement des formes syndicales traditionnelles, mais aussi l’espoir d’une meilleure intégration des femmes sur le marché du travail. De plus, au cours de l’année 2020, l’épidémie mondiale de coronavirus a provoqué de nombreux bouleversements dans les modes de travail. Ce colloque, en réunissant à la fois des chercheurs et des acteurs des relations du travail en transformation, tentera, par la confrontation des cas japonais et français, de proposer des pistes de réflexion sur ce qui constitue une des grandes évolutions ce début de XXIe siècle.


Programme

17 h 30 - 17 h 45 Mot de bienvenue
NAKAJIMA Atsushi (président de la Fondation Maison franco-japonaise)
Bernard THOMANN (directeur de l’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise)

17 h 45 - 18 h 45 Conférence d’ouverture
Droit du travail et emploi : le modèle social français est-il coupable ?
Dominique MÉDA (univ. Paris Dauphine-PSL)

18 h 45 - 20 h 30 Table ronde
Modérateur : Bernard THOMANN
Participants : MIZUMACHI Yūichirō (univ. de Tokyo), Nicolas HATZFELD (univ. Paris-Nanterre), OGUMA Eiji (univ. Keiō)


Organisation : IFRJ-MFJ, Fondation MFJ
Soutien : ANR

* À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

Le travail au XXIe siècle au Japon et en France


avec traduction
samedi 28 novembre 2020 / 9 h 15 - 18 h
Auditorium
Christelle AVRIL, Nicolas HATZFELD, ICHIMURA Akihiro, KANAI Kaoru, KŌZU Rikio, Dominique MÉDA, MIZUMACHI Yūichirō, OGUMA Eiji, OKAZAKI Jun.ichi, ŌSAWA Machiko, Adrienne SALA, SHIMADA Yōichi, TAGUCHI Akiko, Bernard THOMANN
2020112728Colloquetravail.jpg

Cliquer sur l'image pour plus d'informations.

Les progrès technologiques, la mondialisation, la mutation du capitalisme et la transition démographique sont autant de facteurs qui agissent sur un processus de transformation du monde du travail et de la société dans son ensemble en ce début de XXIe siècle. Au Japon, ce processus est stimulé par un mouvement de « réforme pour une nouvelle manière de travailler », initié par le gouvernement japonais et traduit par un amendement du droit du travail qui incite les entreprises à changer leur mode de gestion des ressources humaines. En France, la question de la réforme du code du travail pour s’adapter aux transformations technologiques, économiques et sociales est également à l’ordre du jour depuis au moins une décennie. Cependant, que ce soit au Japon ou en France, ces changements ont un impact sur les conditions de travail et, plus largement, sur le contrat social. Et elles suscitent à la fois des inquiétudes, car accompagnées par une stagnation du niveau de vie, une montée des inégalités et un affaiblissement des formes syndicales traditionnelles, mais aussi l’espoir d’une meilleure intégration des femmes sur le marché du travail. De plus, au cours de l’année 2020, l’épidémie mondiale de coronavirus a provoqué de nombreux bouleversements dans les modes de travail. Ce colloque, en réunissant à la fois des chercheurs et des acteurs des relations du travail en transformation, tentera, par la confrontation des cas japonais et français, de proposer des pistes de réflexion sur ce qui constitue une des grandes évolutions ce début de XXIe siècle.


Programme

9 h 15 - 11 h 45 Panel 1
La « réforme de la manière de travailler » et la crise du coronavirus
Modérateur : MIZUMACHI Yūichirō (univ. de Tokyo)
Qu’est-ce que la « réforme de la manière de travailler » ?, OKAZAKI Jun.ichi (ancien vice-ministre de la Santé, du Travail et des Affaires sociales)
La « réforme de la manière de travailler » face aux nouvelles manières de travailler, ICHIMURA Akihiro (président de la Division des relations internationales du travail, Commission du droit du travail, Keidanren)
La crise du coronavirus et la question du droit du travail, SHIMADA Yōichi (univ. Waseda)
Questions et discussion

10 h 45 - 12 h 45 Panel 2
Les inégalités sociales et la voix des travailleurs
Modératrice : Adrienne SALA (IFRJ-MFJ)
L’urgence de la construction d’un filet de sécurité sociale à l’heure de la crise du coronavirus, KŌZU Rikio (président de la Fédération japonaise des syndicats)
Qui travaille sur les chaînes automobiles en France ? Quelques changements significatifs au cours du dernier demi-siècle, Nicolas HATZFELD (univ. Paris-Nanterre)
« Pour un même travail, un même salaire » et les nécessités stratégiques caractéristiques des femmes au Japon : réflexion sur l’action des syndicats, KANAI Kaoru (univ. de Saitama)
La reconnaissance de la COVID-19 comme maladie professionnelle, Bernard THOMANN (IFRJ-MFJ)
Questions et discussion

Déjeuner 12 h 45 - 14 h

14 h - 16 h Panel 3
La transformation de la division sexuelle du travail et la mutation du système d’emploi japonais
Modératrice : KANAI Kaoru
L’action de l’OIT en faveur de l’égalité des genres, TAGUCHI Akiko (ancienne représentante de l'OIT au Japon)
La crise du coronavirus et les femmes au travail, ŌSAWA Machiko (univ. féminine du Japon)
Les deux nations : la structure duale de la société japonaise et le marché du travail, OGUMA Eiji (univ. Keiō)
Des aides à domicile aux secrétaires : qu’est-ce qu’un « métier de femmes » ?, Christelle AVRIL (EHESS)
Questions et discussion

16 h - 17 h Conférence finale
Réforme du style de travail, crise du coronavirus et la manière de travailler au XXIe siècle
MIZUMACHI Yūichirō

17 h - 18 h Table ronde
Modérateur : Shimada Yōichi
Participants : KŌZU Rikio, TAGUCHI Akiko, ICHIMURA Akihiro


Organisation : IFRJ-MFJ, Fondation MFJ
Soutien : ANR

* À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

« précédent suite »

Agenda du Bureau Français > novembre 2020

« novembre 2020 »

DIM LUN MAR MER JEU VEN SAM
1 2 3 4 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 21
22 23 24 25 26
29 30