Maison Franco-japonaise: 日仏会館 Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise (UMIFRE 19 MEAE-CNRS)

Langue:JA / FR


Agenda

Séminaire de méthodologie

Séminaire Doctoral


en français sans traduction
Date mardi 23 janvier 2018 / 18h – 20h
Lieu salle 601
Maison franco-japonaise
Institut français de recherche sur le Japon UMIFRE 19
Séminaire doctoral


seminaire doctoral.jpg


Nous aurons le plaisir d’écouter les interventions de :

Brendan LEROUX, professeur associé à l’Université Teikyô, au sujet de son travail de thèse.
     
Et de :
 
Nora JUURMA, doctorante à Lyon 3 (en échange à Nagoya), sur le sujet suivant:

La « terre » dans la fiction littéraire de Matsui Tarô (1917-2017) : en toile de fond de l’intrigue

Entre 1908 et 1942, le nombre d’émigrants japonais vers le Brésil est d’environ 180 000 personnes. Or, c’est durant une période de quinze ans (1926-1941) que plus de 75% d’entre eux émigrent – période pendant laquelle l’immigration au Brésil est subventionnée par le gouvernement japonais . La majorité des migrants qui quittent le Japon après 1923 sont des kokusaku imin – personnes migrant sous une politique nationale (japonaise) stratégique . Les dimensions domestique et internationale de la « machine politique » de l’émigration japonaise en Amérique latine sont synthétisées par Toake Endoh : 1) au niveau national, elle fut utile pour décomprimer la protestation sociale et le radicalisme et assurer stabilité et unité nationale, en déplaçant physiquement à l’étranger les germes de ravages sociaux 2) au niveau international, la stratégie émigration-colonisation soutint les ambitions de richesse, de pouvoir et de statut de l’Etat du Japon, qui capitalisait sur les liens organiques transnationaux du Japon avec sa diaspora co-ethnique en Amérique latine . Selon Endoh, la façon dont l’Etat du Japon traitait sa diaspora au Brésil était « Janus aux deux visages » – exclusion ici et inclusion là-bas – et cela persistait avant et après la Seconde Guerre mondiale. L’Etat japonais participait à l’organisation des activités agricoles des Japonais au Brésil ainsi que dans la vie sociale et la formation d’identité de cette communauté : le Japon « se comportait comme un précepteur idéologique offrant une réglementation orthodoxe à sa population co-ethnique outre-mer » . La vision du Japon fut de « reproduire un Japon parfait dans les Amériques » . Dans un schéma alimenté par les ambitions d’expansion du Japon, les émigrants « cessèrent d’être des masses improductives ou indisciplinées, et devinrent des acteurs utiles et consciencieux du développement colonial, mères porteuses (sic) dans les avances expansionnistes du Japon » .
Ces éléments politico-historiques sont absents de la fiction littéraire de MATSUI Tarô 松井太郎 (1917-2017), auteur qui est né à Kôbe et a émigré au Brésil en 1936. Matsui, qui écrit en langue japonaise, a poursuivi des activités littéraires de 1966 jusqu’à la fin de sa vie et selon Hosokawa Shûhei est « le seul auteur [au sein de la société nikkei brésilienne] dont la production littéraire mériterait d’être répartie en périodes » . L’objectif de notre intervention est de tenter de lire l’histoire (politique) de l’immigration japonaise au Brésil dans la fiction littéraire de Matsui. L’œuvre de Matsui est riche en intrigues, mais notre but est de lire la toile de fond de ses nouvelles (courtes et longues). Qu’est-ce qui y est absent ? Qu’est-ce qui serait présent à travers des absences ? Qu’est-ce qui motiverait Matsui dans son écriture, sans qu’il ne le dise clairement dans son œuvre ? Nous aimerions nous concentrer entre autres sur l’élément de la « terre » – concept au centre de l’histoire de l’immigration-colonisation japonaise au Brésil – dans l’œuvre de Matsui et aurions pour motivation de révéler la relation de Matsui, immigrant de première génération, à l’histoire coloniale japonaise, ainsi que de tirer des conclusions sur les auto-perceptions ou auto-positionnements potentiels de la communauté japonaise au Brésil, lus à travers la fiction de Matsui.


 

* L'accès aux manifestations de la MFJ est gratuit (sauf mention contraire), mais l'inscription préalable est obligatoire.
Merci de vous inscrire depuis la page Agenda de notre site web.
Dans le cadre des mesures de sécurité renforcées, une pièce d'identité sera demandée à l'entrée.

« précédent suite »

Accueil > Agenda > Séminaire Doctoral

décembre 2018

DIM LUN MAR MER JEU VEN SAM
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Programme des manifestations publiques2018 (PDF)

Programme des manifestations publiques2017 (PDF)

Programme des manifestations publiques2016 (PDF)

Programme des manifestations publiques2015 (PDF)

Programme des manifestations publiques2014 (PDF)

Programme des manifestations publiques2013 (PDF)

Programme des manifestations publiques2012 (PDF)

Programme des manifestations publiques2011 (PDF)

Programme des manifestations publiques2010 (PDF)

Programme des manifestations publiques2009 (PDF)

Programme des manifestations publiques2008 (PDF)