Maison Franco-japonaise: 日仏会館
Bureau français  Institut français de recherche sur le Japon  (UMIFRE 19, MAEE-CNRS)

Langue:JA / FR


Présentation

Cécile ASANUMA-BRICE

Profil :
  • Adjointe au directeur du Bureau régional Asie du Nord du CNRS (Japon – Corée du sud - Taïwan)
  • Chercheur, Centre de Recherches sur le Japon, EHESS
  • Chercheur du LIA CNRS Protection humaine et réponses au désastre, Soin intensif en sociétés industrielles, Dirigé par Thierry Ribault, UMIFRE 19 CNRS – MAEE
  • Chercheur associé à l’Institut Français de Recherche à l’Etranger UMIFRE 19 CNRS – MAEE/Maison Franco – Japonaise
  • Membre du Réseau JAPARCHI (Réseau scientifique thématique des chercheurs francophones sur l’architecture et la ville japonaises)
  • Membre du de la SFEJ, du Réseau Asie et du Réseau REEJ (Réseau d’étude de l’espace japonais)
Contact :
Bureau CNRS Asie du Nord
(Maison Franco Japonaise, 3-9-25 Ebisu Shibuya 150-0013 Tokyo Japon).
Tél : 03-3443-8551 ; Fax : 03-3443-8552 ; Portable : 080-4293-3399
Courriel : asanuma.brice.cecile [à ajouter @cnrs.jp]

CV en complet en MS-Word

Formation académique :
 
  • (1993) DEUG Histoire – Ethnologie (SSA), Université Paris X – Nanterre, Juin.
  • (1994) Licence Aménagement du territoire et développement local, Université Paris X – Nanterre, Juin.
  • (1995) Maîtrise Aménagement du territoire et développement local, Université Paris X – Nanterre, Juin
Titre : Le schéma départemental des aires d’accueil des gens du voyage en Seine-Saint-Denis
Mention : TB

  • (1996) DESS Aménagement du territoire et développement local, Université Paris X – Nanterre, Juin
Etude/commande : réalisée pour le compte du Conseil Général de Seine-Saint-Denis.
Titre : Le département de Seine-Saint-Denis : un Ouest en mouvement.
Mention : TB

  • (1997) DEA Villes et Sociétés, Juin
Titre : Banlieues françaises, banlieues nippones : de la périphérie au Japon
Directeur : Guy BURGEL, Laboratoire de Géographie Urbaine, UMR LOUEST, CNRS, Université Paris X – Nanterre.

  • (2001) Doctorat (Japon) –
Titre : Etude de l’évolution de l’habité liée à la production de logement public en périphérie de Tôkyô
Directeur de thèse : Pr HATTORI Mineki, Université de Chiba

  • (2004-2007) Création de la NPO Youkei Design Kikô (有形ディザイン機構), organisation de workshop en architecture. Réalisation d’études pour le bureau d’architecture « Mobile » (dir. Maruyama Kinya)
  • (2007- à ce jour) Bureau régional Asie du Nord CNRS – Adjointe à la direction
  • (2012) Doctorat (France)
Mention Très honorable
Titre de la thèse : La transformation des paysages périphériques urbains Tôkyôïtes par les organismes de logements publics.
Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris
Directeur de Thèse : Augustin BERQUE

Allocations et bourses de recherche :
  • (1999) Allocation de recherche (française) du Ministère de la recherche
  • (2000) Bourse CNRS/JSPS – Université de Chiba, Japon.
  • (2001) Bourse du ministère de la recherche japonaise « Monbushô »

Principaux thèmes de recherche :
  • Transformation de l’espace péri-urbain au Japon et ses conséquences sociales
  • La politique de logement public au Japon
  • Les politiques de relogements après la catastrophe

La périphérie, espace en mouvance permanente, ne cesse d’attirer les attentions. A la fois lieu de plaisance et de distraction pour les premiers urbains, campagne agricole pour ceux qui y résident, le développement des technologies, notamment dans le domaine des transports (chemin de fer), permettra de fusionner ces deux mondes pour donner naissance à un contour de ville, une banlieue, une zone se développant jusqu’au périurbain, et y mêlant ces diverses fonctions. L’industrialisation et, paradoxalement, tant les défenseurs du développement économique capitaliste que les mouvements marxistes, bien que la nature de leurs motivations ait été différente, en sont venus à soutenir la production d’un mode d’habitat d’un genre nouveau, et qui sera fortement décrié par la suite. L’échelle disproportionnée de ces habitations et leur nature mal définie les feront qualifier d’un terme général et vague : les « grands ensembles ». Cet habitat viendra se mêler au rêve de l’idéal pavillonnaire construit sur mesure pour le ménage consommateur dont le modèle est produit apr ès la seconde guerre mondiale. Cette association donne finalement naissance à ce que certains qualifieront une ville insoutenable (A. Berque, P. Bonnin, C. Ghorra-Gobin, 2006) désormais trop consommatrice d’espace, d’énergie, ne répondant plus à la nécessité de production d’un environnement durable. Répondant plus à un souci de rentabilité économique des sols et de la main d’œuvre qu’à de véritables préoccupations sociales, le processus qui a conduit à produire un système de logements publics semble aujourd’hui s’essoufler. Il reste néanmoins un outil important de gestion, voire de contrôle de la population. La catastrophe du 11 mars nous a permis de confirmer ce point que nous développons par une analyse précise de la politique du logement sur l’ensemble du territoire.






Accueil > Recherche > Personnel de recherche Personnel Administratif > Cécile ASANUMA-BRICE