Maison Franco-japonaise: 日仏会館
Bureau français  Institut français de recherche sur le Japon  (UMIFRE 19, MAEE-CNRS)

Langue:JA / FR


Présentation

Arnaud NANTA

Profil : Docteur en histoire, chargé de recherche première classe au CNRS, section 33 (Mondes modernes et contemporains), qualifié aux sections 15 et 22 du CNU.

Contact
  • nanta [à ajouter @mfj.gr.jp]

Liste des publications

Thèse
« Débats sur les origines du peuplement de l’archipel japonais dans l’anthropologie et l’archéologie (décennie 1870 – décennie 1990) » (direction : Claude Liauzu, Paris 7 GHSS, et Annick Horiuchi, Paris 7 LCAO), III vol. + annexes, Université Paris 7, GHSS, mention très honorable avec les félicitations du jury à l’unanimité.

  • Rattaché à l’UMIFRE 19 - Institut française de recherche sur le Japon, Maison franco-japonaise (Tôkyô), septembre 2012
  • Chercheur invité (shôhei kenkyûsha) à l'université Nihon daigaku à Tôkyô, mai-juin 2009
  • Professeur invité (kyakuin kyôju) à l’université Seijô (séminaire de troisième cycle), à Tôkyô, octobre 2007 - mars 2008
  • Japan Society for the Promotion of Science Postdoctoral Fellowship (programme de recherche au Japon financé par le JSPS), octobre 2007 - mars 2008
  • Lauréat du 23e Prix Shibusawa-Claudel, 2006
  • Nommé Chargé de recherche de première classe au CNRS (section 33), sur le poste « Histoire moderne et contemporaine de l’Asie de l’Est et du Sud-Est », 2005 : http://preprod-new.ehess.fr/umr-ccj/
  • Qualifié aux sections 15 et 22, 2005
  • Boursier Lavoisier, post-doctorat à l'université de Tôkyô, 2004-2005
  • Enseignant contractuel pour un an aux trois universités : Meiji gakuin daigaku, Seijô daigaku et Toritsu daigaku (7 cours et 1 séminaire de troisième cycle), à Tôkyô, 2004
  • Chercheur affilié à la Maison franco-japonaise, 2003-2006
  • Membre du comité de rédaction de la revue Ebisu, de la Maison franco-japonaise, 2002-2007
  • Boursier du gouvernement japonais, 2000-2004


Thèmes de recherche

  • Histoire de l'archéologie, de l'anthropologie et des études historiques dans le Japon moderne et contemporain

Cette recherche, menée dans le cadre de l'histoire des sciences, tente de mettre en lumière la genèse et les discours scientifiques de ce champ du savoir, dans le Japon moderne et contemporain, aux 19e et 20e siècles. Ces disciplines sont également étudiées en accordant une attention particulière aux relations entre science et politique, dans le cadre de la construction de l'identité nationale. Tout en étant à la pointe des sciences humaines, et de façon analogue aux pays occidentaux, l'archéologie, l'anthropologie et l'histoire ont participé du processus de formation de l'État-nation japonais à la fin du 19e siècle, légitimant dans un même temps le projet colonial. Les continuités et les ruptures avec les pratiques savantes de l'époque d'Edo sont aujourd'hui en débat.

  • Histoire de la colonisation japonaise moderne

À l'ère de l’impérialisme (1870-1914), le Japon participe au partage du globe en zones d'influence, contrôlées par les Puissances, en annexant des pays et régions limitrophes de l'archipel. L'étude de son expansion coloniale, largement approuvée par les puissances occidentales, permettra de mieux comprendre d'une part les dynamiques du Japon moderne, tout en éclairant, d'autre part, ce qui constitue un facteur déterminant dans l'histoire moderne et contemporaine des pays de cette aire régionale. Cette recherche, qui portera notamment sur l’Asie du Nord-Est (Corée, Mandchourie, Sakhaline), sans cependant oublier Taiwan, tentera de déterminer les points communs et différences entre la colonisation japonaise et ses homologues ouest-européennes en Asie orientale (notamment en Indochine ou dans les Indes néerlandaises), via l’analyse du système colonial, des processus d’industrialisation au sens large, de ces sociétés en situation coloniale, et des discours politiques et savants.


Accueil > Recherche > Personnel de recherche Personnel Administratif > Arnaud NANTA