Maison Franco-japonaise: 日仏会館
Bureau français  Institut français de recherche sur le Japon  (UMIFRE 19, MAEE-CNRS)

Langue:JA / FR


Agenda

mai 2015

« Voyager, voyager, ne jamais s’arrêter ! » :
Flaubert et l’Orient

[ Conférence ]

en français avec traduction simultanée
lundi 11 mai 2015 / 18 h 30 - 20 h
auditorium
Patrizia LOMBARDO (univ. de Genève)
sphinx et pyramides.jpg
Les approches culturalistes d’aujourd’hui sont fortement influencées par la critique d’Edward Saïd. Dans Orientalism (1978) et dans The Culture and Imperialism (1993), il a avancé des thèses sur la manière dont l’Occident a pu produire des mythes sur l’Orient en raison de la domination de l’Europe : ces mythes ont forgé une image figée de l’Oriental, décrété l’unité de l’Asie et propagé l’idée que l’entreprise coloniale était une mission civilisatrice. Une approche de l’Orient de Flaubert dans la lignée de Saïd pourra mettre en relief des descriptions et des remarques dans le Voyage en Orient qui relèvent des stéréotypes orientalistes. Mais peut-être ces mêmes stéréotypes eurocentriques sont-ils moins importants que l’entreprise littéraire, esthétique et éthique de Flaubert. Non seulement dans le Voyage en Orient triomphe la description, typique du style de Flaubert dans ses grands romans, mais le grotesque qui revient très souvent dans le Voyage ne saurait se séparer du grotesque que Flaubert a toujours détecté chez les êtres humains en général, indépendamment des lieux et des époques. Surtout les descriptions et le grotesque du Voyage sont un exercice de la forme particulière de la sympathie conçue par Flaubert, qui culmine dans Salammbô, roman qui plonge dans une autre culture éloignée dans les temps, exotique, sans aucune répulsion pour la différence et sans le sentimentalisme de l’identification.
 


voyageenorient.jpg



Profil :
Patrizia Lombardo est professeur à l’université de Genève où elle enseigne la littérature française, la littérature comparée et le cinéma. Elle dirige un programme de recherches sur les émotions esthétiques au sein du Pôle national de recherche en Sciences Affectives. Elle a coédité le Dictionnaire des Passions Littéraires (Belin, 2005) et publié récemment Memory and Imagination in Film (Palgrave Macmillan, 2014).


Discutant : SUGAYA Norioki (univ. Rikkyô)
Modérateur : Nicolas MOLLARD (UMIFRE 19 – MFJ)
Org. : univ. de Tokyo, Bureau français de la MFJ.

* À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

Tous égaux devant la mort :
les écrivains face à la Première Guerre mondiale

[ Conférence ]

en français avec traduction simultanée
vendredi 15 mai 2015 / 18 h 30 - 20 h
auditorium
Antoine COMPAGNON (Collège de France)
grandeguerredesecrivains.jpg

Résumé :
Le Grande Guerre a été qualifiée de première guerre moderne, industrielle et démocratique. Des millions de soldats furent tués sans avoir tué, sans avoir eu l’occasion de tirer un seul coup de fusil. La plupart ne virent jamais l’ennemi. Mutilés, tués par les éclats d’obus, ils furent des victimes, non des héros. Les images de bétail, troupeau, abattoir furent fréquentes, comme dans Le Grand Troupeau de Giono (1931). Drieu la Rochelle insista sur le caractère démocratique de la guerre moderne, par opposition de la guerre éternelle, celle de l’Iliade, de la chevalerie médiévale, et même des guerres napoléoniennes, où le caporal devenait maréchal : « C’est une guerre pour bureaucrates, ingénieurs ; elle n’a rien de noble; c’est une guerre démocratique. »

Profil :
Antoine Compagnon (né en 1950), professeur et historien de la littérature française. Ancien élève du Prytanée national militaire et de l'École polytechnique, ingénieur des Ponts et Chaussées, docteur d'État ès lettres, Antoine Compagnon fut professeur de littérature française à l’université de Paris-Sorbonne (Paris IV) et à l’université Columbia (New York). Il fait partie depuis mars 2006 du Haut Conseil de l'éducation et a été élu en avril 2006 professeur au Collège de France. Depuis 2009, il fait partie du jury du prix de la BnF. Il a publié en 2014 : La Grande Guerre des écrivains (Gallimard, « Folio Classique »).


Discutant : SAKAMOTO Hiroya (univ. Rikkyô)
Modérateur : Nicolas MOLLARD (UMIFRE 19 – MFJ)
Organisation : univ. de Tokyo, Bureau français de la MFJ.


Le professeur Compagnon donnera également une conférence à l'université de Tokyo.
2015.5.8 Compagnon -affiche-.pdf

* À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

Genre, écriture et maladie chez Masaoka Shiki

[ Conférence ]

en français avec traduction
lundi 18 mai 2015 / 18 h 30 - 20 h 30
auditorium
Emmanuel LOZERAND (INALCO)
Masaoka-Shiki.jpg
中村不折 病床の子規

Résumé :

Dans les dernières années de sa vie, la maladie empêche Masaoka Shiki de composer des œuvres littéraires au sens courant du terme. Il peut tout juste laisser couler de son pinceau quelques lignes par jour, qu’il publie dans le quotidien Nihon sous le titre Une goutte d’encre (Bokujû itteki, 1901), puis Un lit de malade six pieds de long (Byôshô rokushaku, 1902). On a souvent rangé ces textes dans la catégorie des « essais au fil du pinceau » (zuihitsu), par commodité, voire par abus de langage, car en réalité ils échappent à toute définition en termes de « genre littéraire ».
Mais l’expérience de la maladie amène également Shiki à reconsidérer sa perception de la différence sexuelle, de ce qu’on appelle le « genre », et ces mêmes textes en témoignent avec éloquence, de manière souvent surprenante, comme nous voudrions essayer de le montrer dans cette conférence.
 
Profil :
Professeur à l’Institut national des langues et civilisations orientales (Paris), co-directeur de la Collection Japon aux Belles-Lettres, s'est spécialisé dans l'étude de la littérature japonaise moderne (en particulier Mori Ôgai, Natsume Sôseki, Masaoka Shiki). Auteur de Les Tourments du nom (Maison franco-japonaise, 1994) et Littérature et génie national (Belles Lettres, 2005), il a publié l’année dernière un ouvrage collectif réalisé sous sa direction Drôles d’individus. De la singularité individuelle dans le Reste-du-Monde (Klincksieck, 2014).


Organisation : Bureau français de la MFJ

* À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

Séminaire doctoral

[ Séminaire de recherche ]

en français sans traduction
mardi 19 mai 2015 / 18 h - 20 h
salle 601
Maison franco-japonaise
Institut français de recherche sur le Japon UMIFRE 19
Séminaire doctoral


 Ce séminaire mensuel s’adresse principalement aux doctorants francophones en sciences humaines et sociales, mais demeure également ouvert aux étudiants de Master ou autres jeunes chercheurs. Organisé par des étudiants et pour des étudiants, encadré par le directeur et les chercheurs de la Maison franco-japonaise, il s’agit d’un espace dédié à la présentation de travaux de recherche, quel que soit leur stade d’avancement, et de discuter collectivemen des problèmes méthodologiques rencontrés tout au long du processus d’élaboration de la thèse.
 Se déroulant sous la forme d’exposés suivis d’un échange avec la salle, le séminaire constitue un entraînement à la prise de parole en public, à la présentation claire et adaptée de son sujet, à la maîtrise des outils logiciels de projection. Les participants de l’auditoire bénéficient quant à eux de l’expérience de leurs collègues et sont conviés à s’interroger sur des questions de méthode qui leur sont propres. Ils profitent, en outre, de connaissances et résultats souvent encore inédits de la recherche sur le Japon.
 Le séminaire doctoral est consacré chaque mois à deux intervenants qui disposent chacun de 30 minutes maximum de présentation orale, puis 30 minutes sont dédiées à la discussion collective.

 La séance aura lieu le mardi 19 mai 2015 2014 de 18h00 à 20h00 en salle 601 de la MFJ
(3-9-25, Ebisu, Shibuya-ku, Tôkyô, 150-0013 ; 6e étage).
Nous aurons le plaisir d’écouter les interventions de :

Delphine MULARD, doctorante à l’Inalco (CEJ)

ELABORATION DE LIVRES ET ROULEAUX ENLUMINES DANS LA PREMIERE
MOITIE DE L’EPOQUE D’EDO : LE CAS DU BUNSHO SOSHI


Dans la première moitié de l’époque d’Edo de nombreux récits se voient enluminés sous
forme de codex et de rouleaux (Nara ehon et Nara emaki). Contemporains du développement
de l’édition illustrée laïque, ces manuscrits enluminés ont rarement fait l’objet d’études
indépendantes en histoire de l’art. Notre thèse a pour objectif de proposer une synthèse de
l’état des recherches et connaissances sur ces livres et rouleaux enluminés et de présenter une nouvelle approche centrée sur leur aspect artistique : par l’analyse iconographique de certains récits nous aborderons en priorité la question du lectorat féminin, de son existence et de ses pratiques de lecture.
 Au sein de cet exposé, nous expliquerons dans un premier temps nos principes méthodologiques et leurs limites, avant de présenter l’avancée de nos travaux. Nous
expliquerons par la suite comment les comparaisons stylistiques des manuscrits, ainsi que
l’étude des coupures du texte et de la distribution des enluminures au sein de ce dernier
peuvent nous éclairer sur le contexte d’élaboration de ces oeuvres anonymes. Nous verrons
ainsi que l’élaboration des manuscrits enluminés dans la première moitié de l’époque d’Edo
fait appel à de nombreuses mains dont les modèles de référence iconographiques et textuels
sont divers. Les rapports entre les acteurs de la création de ces oeuvres sont cependant
difficiles à déterminer. Cet exposé sera ainsi l’occasion de discuter de l’intérêt que peut avoir
de telles comparaisons stylistiques pour comprendre le mode d’élaboration et de réception
d’oeuvres anonymes au demeurant non documentées.

Et de :

Delphine VOMSCHEID (doctorante à l’EPHE, CRCAO)

L’habitat des guerriers dans les villes-sous-château de l’époque d’Edo:
la place d’un patrimoine architectural féodal dans les villes contemporaines japonaises


À l’époque d’Edo, l’habitat des guerriers, ou bukeyashiki 武家屋敷 en japonais, se développe
dans des centres urbains d’un type nouveau : les villes-sous-château (jōkamachi 城下町). Ces
villes construites autour d’un palais fortifié où réside le daimyō 大名, sont essentiellement
composées des résidences des vassaux et des chōnin 町人 (marchands et artisans). Avec une
supériorité numérique et une morphologie architecturale gourmande en espace, l’habitat des
membres de la classe des bushi 武士 domine largement le paysage urbain du Japon prémoderne. Devenues pour la plupart les capitales des préfectures contemporaines (Ōsaka,
Nagoya, Kanazawa…), ces villes se sont modernisées et développées à la fin du XIXe siècle
souvent au dépend de cette architecture symbole d’une féodalité abolie. Malgré les tourments
de l’histoire et successives catastrophes humaines et naturelles, cette architecture domestique
n’a pas complètement disparu. Certaines anciennes jōkamachi en possèdent aujourd’hui des
vestiges, qui sont les objets d’étude de la thèse présentée ici. À travers le cas de la ville de
Kanazawa, nous analyserons et présenterons dans un premier temps leurs caractéristiques
architecturales et urbaines. Existe-t-il des typologies propres à chaque rang de guerrier ? Où
se situent les bukeyashiki dans l’histoire de l’architecture japonaise ? Nous verrons ensuite
comment la préservation ou la destruction des bukeyashiki ont contribué à la modernisation
des villes. L’architecture des guerriers a-t-elle influencé le développement de l’habitat
moderne japonais ? Enfin, nous présenterons la situation actuelle de ce patrimoine et les
enjeux que représentent sa conservation et valorisation. Quelle est la politique adoptée par le
gouvernement face à cet héritage pré-moderne ?

* À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

Lunch Seminar on Japanese Economy and Society

Coping with Infertility:
Women’s Decisions on Childbearing and Fertility Treatment in Japan

[ Séminaire de recherche ]

en anglais sans traduction
jeudi 21 mai 2015 / 12 h 30 - 14 h
salle 601
TSUGE Azumi (Meiji gakuin University)
BannièreLS_2015-05-21_TSUGE Azumi.jpg

Abstract 
I will describe how the existence of medical technologies for fertility treatment affects women's decision-making about their lives, especially about having children. I will present some basic data that helps us to understand the reality of reproduction in Japan. For example, Japan is the nation with the largest number of IVF-ET cycles per year. Through the life stories of women who have undergone fertility treatment, I explore the suffering and struggle to live without children caused by infertility, and how they survive these difficulties.

Profile
Azumi Tsuge is a professor at the Department of Sociology, Meiji Gakuin University (Ph.D. in Anthropology, Ochanomizu University). She has studied Medical Anthropology, Bioethics, and STS (Science, Technology and Society) in Japan. Her research has focused on the interrelation between advanced medical technologies and society and culture, including gender analysis by use of qualitative research.


IMG_3211.jpg

Moderator: Jean-Michel BUTEL (UMIFRE 19-MFJ)
Organization: Bureau français de la MFJ
Co-organization: CCIFJ

* À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

Cycle « Familles contemporaines : le couple en jeu »

Pourquoi encore vivre à deux ?
Attentes, nouveaux modèles, espoirs déçus
en France et au Japon

[ Débat ]

avec traduction simultanée
mardi 26 mai 2015 / 18 h 30 - 20 h 30
auditorium
François de SINGLY (univ. Paris Descartes)、YAMADA Masahiro (univ. Chûô)

Vous pouvez accéder à la video de la conférence

En France comme au Japon, il ne se passe pas un jour sans que la question de la famille ne soit, sous un angle ou sous un autre, évoquée par les médias. Qu’on s’en réjouisse ou qu’on le déplore, le modèle de la famille moderne, qui s’est répandu de façon de plus en plus généralisée durant le XXe siècle,  semble mis  à mal. De nouvelles façons de vivre la famille se multiplient, que sociologues et démographes scrutent sans relâche. La famille et ses transformations contemporaines suscitent également de vives réactions dans le monde politique. Pour les gouvernements, agir sur la famille relève à la fois de l’urgence, et de convictions idéologiques fortes. Pour nombre de citoyens, il s’agit d’un combat qui touche à la reconnaissance de valeurs fondamentales.

Le Japon et la France possèdent certes des traditions familiales très différentes ; on sait pourtant qu’elles sont profondément connectées depuis la rédaction du premier code civil japonais. Les questions que les pratiques contemporaines provoquent ne sont pas forcément les mêmes dans nos deux pays. Elles ont pourtant le même fondement : la recherche de plus de justice et d’égalité.

A la Maison franco-japonaise, nous avons décidé d’examiner cette année la famille contemporaine en nous focalisant sur le couple. Trois débats sont organisés dans cette perspective. Le premier (2 avril) s’intéresse aux défis que pose au droit la diversité des pratiques contemporaines. Le second  (26 mai) aux attentes que suscite le couple. Le troisième (5 juin) à l’amour et la sexualité. Chaque débat réunit deux des meilleurs spécialistes de la question en France et au Japon.

Cette deuxième rencontre réunit deux sociologues dont les analyses ont marqué les débats sur la famille en France et au Japon ces dernières décennies. Il s’agira dans un premier temps de présenter les attentes des différents acteurs vis-à-vis du couple et de la vie conjugale dans nos deux pays. On analysera ensuite le renouveau de la vie conjugale en France et son relatif déclin au Japon pour s’interroger sur la difficulté de créer du « commun ». Un troisième temps sera consacré au divorce et à l’après-divorce.

Ce cycle de débats est pensé dans le cadre de la réflexion sur les inégalités (Inégalités : nouveaux regards, nouveaux modèles, nouvelles politiques ? ) organisé par l’Institut français du Japon, et qui a commencé avec l’intervention à la MFJ en janvier de l’économiste Thomas Piketty.   

Conférenciers :
François de SINGLY (univ. Paris Descartes)
YAMADA Masahiro (univ. Chûô)

Profil :
François de SINGLY
François de Singly est professeur à la Faculté de Sciences Humaines et Sociales de la Sorbonne (Université Paris Descartes) et chercheur au « Centre de recherches sur les liens sociaux » (CNRS). Il est un spécialiste reconnu de sociologie de la famille, du couple, de l’éducation, et du processus d’individualisation dans la modernité. Il a écrit ou dirigé une trentaine d’ouvrages, notamment Sociologie de la famille contemporaine (A. Colin, 2014, 5ème éd.), Séparée (Fayard- Pluriel, 2014), Les adonaissants (Fayard- Pluriel, 2014). 

Portait FdS 1.jpg


YAMADA Masahiro
Actuellement professeur à la faculté de lettres de l’Université Chûô.
Né en 1957 à Tokyo. Diplômé de la faculté de lettres de l’Université de Tokyo en 1981, il quitte le cursus doctoral de l’unité de sociologie de cette même université en 1986. D’abord professeur à l’Université des beaux arts de Tokyo, il rejoint la faculté de lettres de l’Université Chûô en 2008. Il a été membre de la Commission pour la participation commune des hommes et des femmes, rattachée au cabinet du premier Ministre, ainsi que du Science Council of Japan.
Spécialiste de la sociologie de la famille, il examine les relations familiales aussi bien sous l’angle des sentiments qui y sont échangés que de leurs aspects économiques. Il est célèbre pour son introduction au Japon des concepts de « célibataire parasite », de « société inégalitaire », ou de « chasse au conjoint ».
Parmi ses nombreux ouvrages : La société inégalitaire en espérance (2004, Chikuma shobo), Le japon, société en dénatalité (2007, Iwanami shinsho), Pourquoi le Japon est-il cruel envers les jeunes? (Tôyô keizai shinposha, 2013), Les réfugiés de la famille (Asahi shinbun shuppan, 2014), L’ère de la chasse au conjoint (en collaboration, Discovery 21, 2008).
«Le modèle familial japonais en pleine mutation. L'impact des clivages sociaux sur la formation des familles», texte de Yamada Masahiro sur nippon.com
http://www.nippon.com/fr/in-depth/a01002/

yamada写真2013.jpg


Modérateur : Jean-Michel BUTEL (UMIFRE 19 - MFJ)
Organisation : Bureau français de la MFJ, Groupe Populations japonaises (CEJ - INALCO)
Soutien : Institut français
Concours : Société franco-japonaise des études sur les femmes




* À l'exception des séminaires fermés de recherche ou des événements exceptionnels requérant une inscription payante, l'accès aux manifestations de la MFJ est libre et gratuit. Prière de vous inscrire.

« précédent suite »

Agenda du Bureau Français > mai 2015

Programme des manifestations publiques2017 (PDF)

Programme des manifestations publiques2016 (PDF)

Programme des manifestations publiques2015 (PDF)

Programme des manifestations publiques2014 (PDF)

Programme des manifestations publiques2013 (PDF)

Programme des manifestations publiques2012 (PDF)

Programme des manifestations publiques2011 (PDF)

Programme des manifestations publiques2010 (PDF)

Programme des manifestations publiques2009 (PDF)

Programme des manifestations publiques2008 (PDF)